Guerre des brevets Apple-Samsung: Mission impossible pour les neuf jurés

HIGH-TECH Les délibérations commencent mercredi, et elles s'annoncent compliquées...

P.B.

— 

La concurrence entre Apple et Samsung n'est pas près de s'arrêter là
La concurrence entre Apple et Samsung n'est pas près de s'arrêter là — Jo Yong hak / Reuters

Vous pensiez que lire du Nietzsche ou du Proust était compliqué? Essayez de parcourir les 109 pages d'instructions (pdf) que la juge Koh a lues, mardi, aux neuf jurés arbitrant le procès entre Apple et Samsung. Alors que les délibérations débutent mercredi, une seule chose est sûre: comme l'expliquait à 20 Minutes l'expert Florian Müller, un jury populaire n'est sans doute pas le mieux placé pour prendre une décision éclairée sur un tel dossier.

Apple veut sauver l'innovation, Samsung, la concurrence

Lundi, lors de la dernière journée d'audience, les avocats d'Apple et de Samsung ont repris, sans surprise, les arguments avancés pendant trois semaines, après l’échec de négociations de dernière minute, la veille.

Du côté de la firme à la pomme: «Apple a mis cinq ans pour mettre au point une révolution. Samsung a mis trois mois pour la copier. Ils ont gagné 8 milliards de dollars en le faisant. Nous disons juste, ''luttez avec vos propres inventions''. Si vous ne donnez qu'une tape sur le poignet de Samsung, il n'y aura bientôt plus d'entreprises capables de prendre le risque d'innover.» Apple réclame plus de 2,5 milliards de dollars de dommages, une somme que le juge pourrait alourdir ou alléger, en fonction du verdict du jury.

 

Chez Samsung: «Chaque smartphone a une forme rectangulaire avec des coins arrondis et un grand écran. C'est fou, vraiment, qu'Apple pense avoir le droit de réclamer un monopole là-dessus (…) Il n'y a pas de tromperie, pas de confusion chez les clients, et Apple n'a fourni aucune preuve du contraire. Si vous leur donnez raison, c'est tout le paysage de la concurrence qui en sera changé.»

 

700 questions à trancher

Le formulaire du verdict ressemble au pire cauchemar d'un étudiant: plus de 20 pages et près de 40 points technique sur le design et l'interface utilisateur de smartphones et de tablettes. Et parce qu'une vingtaine de modèles fabriqués par Samsung sont sur le banc des accusés, et que le Coréen a riposté avec une contre-plainte, le jury va devoir au total répondre à près de 700 questions.

 

Pour être déclaré coupable de la violation d'un brevet, la décision doit être unanime. Selon Florian Müller, il est probable que chaque camp se partage les victoires et les défaites. Celui qui ne sera pas satisfait pourra toujours faire appel. Il faudra alors, peut-être, tout recommencer.