Photo : enfin, Sony déclenche son Reflex

©2006 20 minutes

— 

Mieux vaut tard que jamais. Malgré ses dix millions de compacts et bridges numériques vendus dans le monde en dix ans, Sony rechignait à lancer son reflex. Son rachat des activités photo de Konica-Minolta en janvier dernier et l'envolée du marché (300 000 reflex se vendront en France cette année) ont visiblement précipité la sortie de l'Alpha 100. « Notre proposition va inquiéter nos concurrents », s'enthousiasme Fujio Nishida, le président de Sony Europe.

Dans sa visée, Nikon, mais surtout Canon qui, avec son EOS 350D, domine le secteur. Pour atteindre la troisième place sur le podium, soit 10 à 11 % des ventes de reflex, l'Alpha 100 met le paquet côté capteur. Celui-ci offre une résolution de 10 millions de pixels, là où ses concurrents en proposent 6 ou 8 tout au plus. Par ailleurs, ledit capteur est stabilisé, un gros avantage pour les clichés au téléobjectif. Enfin, il est équipé d'un système anti-poussière, qui restait l'apanage des reflex Olympus. De quoi faire la différence. A l'essai, l'Alpha 100 balaye en quelques photos l'aspect anxiogène qui entoure souvent ce type d'appareil. L'usage est simple et les images prises franchement belles. Astuce : la mise au point se déclenche automatiquement à l'approche de l'oeil vers le viseur. Bien vu, l'Alpha 100 intègre un double-slot Compact Flash/ Memory Stick et les anciennes optiques Konica-Minolta sont compatibles. Seul son prix peut refroidir : 900 euros le boîtier nu, 1 000 euros avec un objectif 18/70.

Christophe Séfrin