La petite école, grande oubliée du Net

© 20 minutes

— 

La maternelle en est au stade du biberon. A l’heure où le gouvernement prévoit d’injecter 5 millions d’euros pour le développement d’Internet à l’école, il est une oubliée des mesures du ministre de l’Education nationale : la maternelle. Si 30 % des écoles primaires ont accès au Net, ce chiffre tombe à 14 % à la « petite école ». Ces statistiques désolent Rachel Cohen. Ancienne institutrice, docteur en sciences de l’éducation, elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’utilisation des nouvelles technologie par les enfants : « Beaucoup se disent que le Web est inutile pour des gamins qui ne savent ni lire ni écrire. Alors que justement, il peut leur apprendre la fonctionnalité du langage écrit ». Convertie de la première heure, elle travaille sur le Net avec des enfants dès 1998, en Californie, et met au point un réseau auquel se joint l’Espagne. Résultat : une réelle adhésion et d’immenses progrès dans l’apprentissage du langage écrit. « C’est comme un jeu. Ils s’envoient des mails et les décodent avec leur instituteur. » Aujourd’hui, sept pays y participent, regroupés au sein de MMM (lire l’encadré), association née en 1999. Malgré ce succès, l’éducation nationale n’est toujours pas convaincue.

à savoir n MMM signifie miniweb, multilingue, maxi-apprentissages. n La France, l’Espagne, Andorre, le Brésil, les Etats-Unis, la Hongrie et la Grande-Bretagne participent au réseau de MMM. n L’association compte environ 50 écoles et 1 000 élèves de 3 à 11 ans, qui utilisent l’anglais, le français, l’espagnol et le portugais pour correspondre. n Site de l’association : http://homepage.mac. com/association_mmm/ n Il y a un ordinateur pour 25 élèves en maternelle, comme il y a trois ans. n L’équipement en matériel informatique des maternelles est du ressort des mairies.