Devenir le maître du jeu vidéo

— 

Manuel Bronstein, manager général du site zynga.com.
Manuel Bronstein, manager général du site zynga.com. — REUTERS/S.LAM

Une plateforme pour les dominer tous. Mardi, lors de la deuxième édition de la conférence Zynga Unleashed, le PDG du groupe, Mark Pincus, a dévoilé sa stratégie pour asseoir un peu plus la domination d'un studio qui compte 62 millions d'utilisateurs quotidiens, notamment grâce à des titres comme « FarmVille », « Words With Friends » et « Draw Something ».
Avec Zynga With Friends network, l'entreprise mise sur un réseau social ludique, mais indépendant de Facebook. On peut discuter entre joueurs ou encore ajouter des Zfriends (des amis).

Ouverte à des partenaires
iOS, Android, Windows Phone, Kindle Fire, Web ou Google TV... l'entreprise est présente sur de multiples supports. « La clé, c'est d'offrir une expérience similaire et continue quel que soit l'environnement, car nos utilisateurs zappent d'un gadget à l'autre », précise Pincus. Officiellement, il ne s'agit pas de couper le cordon avec le réseau de Zuckerberg, sur lequel Zynga s'est lancé il y a cinq ans avec un jeu de poker. « Nous utilisons le service d'identité de Facebook et sommes le premier site à afficher des pubs Facebook », précise Manuel Bronstein, manager général de zynga.com.
Malgré tout, Zynga, comme Apple ou Google, veut contrôler sa plateforme. Et surtout l'ouvrir à des partenaires. Une demi-douzaine de studios ont présenté des jeux qui seront publiés par Zynga. Les développeurs gagnent en visibilité et ont surtout accès aux outils d'analytique de l'entreprise. « On passe en revue des millions d'actions de joueurs chaque jour. Cela permet de réagir en temps réel et de pousser des mises à jour avec un effet maximal », explique Manuel Bronstein. David Ko, directeur de la division mobile du groupe, parle même d'un « nouveau modèle pour le jeu vidéo. Avant, vous vendiez un jeu dans une boîte et passiez à autre chose. Désormais, il faut continuer de le faire vivre pendant des mois ou des années. » Les annonces n'ont pas convaincu Wall Street: le titre a decroché de 4,4 %, pour une baisse désormais supérieure à 50 % sur les deux derniers mois.

Les nouveaux jeux

« The Ville » lorgne du côté des « Sims Social ». « ChefVille » s'adresse aux « Gordon Ramsay » en herbe et « Bubble Safari » hérite d'un mode multijoueur. Du côté des partenaires, « Rubber Tacos » évoque le classique « Cut the Rope ». Enfin, « Horn » veut séduire les hardcore gamers avec un titre action-aventure pour iPad graphiquement bluffant.