Nokia songe à créer un tatouage qui vibre au rythme de votre téléphone

HIGH TECH La firme finlandaise vient de déposer un brevet aux Etats-Unis dans ce sens...

Anaëlle Grondin

— 

Illustration fournie par Nokia pour son brevet de tatouage vibrant.
Illustration fournie par Nokia pour son brevet de tatouage vibrant. — CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

Visiblement, Nokia pense que la société actuelle n’a pas encore tout à fait la technologie dans la peau. L’entreprise finlandaise, qui est parvenue récemment à se relancer sur le marché des smartphones avec ses Lumia très design, veut aller encore plus loin. Le Los Angeles Times indique que Nokia a déposé un brevet aux Etats-Unis pour un tatouage vibrant. D’après la description fournie par l’entreprise au bureau américain des brevets, elle souhaite commercialiser «un matériau qui se fixe sur la peau, capable de détecter un champ magnétique et de transmettre vers la peau un stimulus perceptible par celui qui le porte». Ce tatouage communiquerait avec un smartphone grâce à des ondes magnétiques: il agirait comme un récepteur. Il pourrait alors déclencher une vibration sur la peau de l’utilisateur lorsque celui-ci reçoit un appel, un SMS, un e-mail ou lorsque la batterie de son téléphone est faible, pour ne donner qu’une poignée d’exemples.

>> Porteriez-vous ce genre de tatouages vibrants? Que pensez-vous de cette innovation technologique? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr

Le brevet, pour le moins original, précise qu’il est possible de changer le signal reçu en fonction de la personne qui vous appelle (comme si vous aviez une sonnerie différente pour chaque contact): «Le champ magnétique peut provoquer des vibrations d’une impulsion courte, répétée, ou de quelques impulsions longues, fortes, puis faibles et ainsi de suite.» Le smartphone serait configuré au préalable pour communiquer avec le tatouage.

Vrai tatouage ou autocollant, au choix

Nokia suggère que le tatouage soit appliqué comme un vrai tatouage, mais avec de l’encre ferromagnétique, c’est-à-dire sensible aux aimants. Avant de procéder au tatouage, l’encre serait portée à haute température afin d’être démagnétisée de manière temporaire. Une fois le tatouage terminé, il est possible de le magnétiser à nouveau en mettant un aimant à son contact à plusieurs reprises. Il deviendrait ainsi sensible aux champs magnétiques.

La firme finlandaise propose une deuxième version beaucoup moins intrusive de sa technologie: un autocollant magnétique (que l’on porterait comme un tatouage) qu’il est alors possible de retirer si vous ne souhaitez pas être connecté en permanence.