Twitter peut désormais censurer certains messages

WEB Lorsque la législation d'un Etat l'exigera, un tweet pourra être bloqué dans ce pays, annonce le site de micro-blogging...

Anaëlle Grondin

— 

Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe".
Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe". — Loic Venance afp.com

Désormais, il n’est plus possible de raconter n’importe quoi sur Twitter. Dans une note publiée jeudi sur son site officiel, le site de micro-blogging explique qu’il est désormais en mesure de bloquer certains tweets afin de s’adapter aux législations des différents pays sur la liberté d’expression. «Au fur et à mesure que nous nous développons à l'international, nous allons dans des pays qui ont diverses positions sur la liberté d'expression, se justifie Twitter. Certains divergent tellement de nos idées que nous ne pouvons pas y exister. D'autres nous ressemblent mais, pour des raisons historiques ou culturelles, interdisent certains messages, comme la France ou l'Allemagne, qui interdisent les messages pro-nazi.»

En conséquence, «nous nous autorisons à retirer rétroactivement du contenu pour les utilisateurs de certains pays, tout en le laissant disponible dans le reste du monde», explique Twitter. Ainsi, lorsqu’un tweet sera considéré comme inapproprié dans un pays, en vertu de ses lois sur la liberté d’expression, il sera censuré. Mais il restera visible par les utilisateurs du service de micro-blogging qui résident dans un autre pays. Jusqu’à présent, les messages bloqués l’étaient dans le monde entier.

Twitter, qui n’utilise jamais le mot «censure» dans sa note de blog, a précisé que chaque tweet bloqué serait visible à cette adresse: ChillingEffects.org.

«Twitter va collaborer avec les censeurs»

Reporters sans frontières, contacté par l’AFP, se montre très inquiet. Pour l’organisation de défense des journalistes, il s’agit là d’une «mauvaise nouvelle pour la liberté d’expression en ligne». La responsable du bureau Nouveaux médias, Lucie Morillon, a déclaré à l’agence de presse: «Twitter est un moyen de communication important, on a notamment vu le rôle joué par les réseaux sociaux lors des révolutions arabes.» Lors du renversement du régime d’Hosni Moubarak en Egypte, les manifestants avaient effectivement abondamment utilisé le site de micro-blogging pour pouvoir communiquer et s’organiser. «Dans quelle mesure le printemps arabe aurait-il été différent si Twitter avait adopté cette politique l'an passé?», s’interroge ainsi Gizmodo.com.

Lucie Morillon va plus loin: «Cette décision de s'adapter aux législations locales sur les questions de liberté d'expression ne signifie pas simplement une adaptation culturelle mais cela veut dire que Twitter va collaborer avec les censeurs, et finalement les aider à empêcher des informations critiques sur le gouvernement ou des dénonciations de corruption.» La preuve «qu’on ne peut pas faire confiance à des acteurs centralisés, qui plus est situés aux Etats-Unis, pour protéger nos libertés fondamentales», a réagi auprès de l’AFP Jérémie Zimmermann, responsable de l’association La Quadrature du Net.

Interrogée par BoingBoing, l’Electronic Frontier Foundation (EFF) trouve également «malheureux que Twitter doive censurer des messages». Mais elle salue «le fait que [les responsables de Twitter] tentent d'être aussi transparents que possible».