Diablox9, la voie du geek

INTERVIEW Benoît, 18 ans, alias Diablox9, s'est construit une renommée sur le web francophone en postant sur sa chaîne YouTube des vidéos commentées de jeux vidéo

Recueilli par Joël Métreau

— 

Diablox9, alias Benoît, avec son matériel d'enregistrement.
Diablox9, alias Benoît, avec son matériel d'enregistrement. — INFOGRAPHIE PITOT NF / PHOTO CLE

Ses commentaires de jeux vidéo, notamment de la série «Call of Duty», comptent plus de 94 millions de vues cumulées sur YouTube. De la même génération que les podcasteurs loleurs (Cyprien, Norman, Mister V…), mais version geek, Diablox9 est suivi par plus de 340.000 abonnés (en majorité français) et a été liké plus de 200.000 fois sur Facebook. Phénomène du Web francophone, Benoît, 19 ans le 2 mars prochain, habite en Suisse, à Monthey. Il raconte.

Quand avez-vous commencé à réaliser des vidéos?

Je suis passionné par le jeu vidéo depuis l’âge de 4 ans, mais c’est à 13 ans que j’ai commencé à faire des vidéos. Avec une vieille petite caméra posée devant l’écran, je commentais sur Dailymotion, à l’époque. A 14-15 ans: période creuse. Puis, le 22 février 2010, je me suis inscrit sur YouTube et j’ai adapté le concept du commentaire de jeux vidéo, qui vient des Etats-Unis. Je prends par exemple une bonne partie multijoueurs sur «Call of Duty» et je lance un débat, je parle d’un thème. Pas besoin de présenter le jeu car tout le monde le connaît.

Pourquoi des commentaires?

C’est l’envie de faire découvrir un jeu à des gens qui ne peuvent se l’acheter ou n’en ont pas envie. Je peux aussi commenter en live un jeu de A à Z. Ce que je fais en ce moment avec le dernier «Zelda». C’est un véritable rafraîchissement vidéoludique, car ce n’est pas un jeu de guerre. On savoure le jeu, les gens le ressentent. C’est peut-être moins suivi mais beaucoup plus demandé. Les vidéos sont beaucoup plus longues. Sur ma chaîne secondaire, j’ai fait aussi une petite série sur «Limbo».

Combien de temps cela vous prend?

De réaliser et de monter les vidéos, cela représente en moyenne de 5 à 6h de travail par jour. Mais comme je suis étudiant en deuxième année d’école de commerce, cela devient compliqué de mener ces deux activités à la fois. A moyen terme, j’aimerais vivre pleinement de cette passion, pourquoi pas faire de la radio?

Combien gagnez-vous grâce au partenariat avec YouTube?

Je tiens à garder cela secret. Mais ça me fait un salaire. Je pourrais en vivre. Ce qui est une chance inouïe à 18 ans. Mais je mets la majorité de l’argent que je gagne de côté, je suis très économe et sage.

Quel regard portent vos parents sur votre activité de gamer?

Depuis que je suis jeune, je suis super indépendant, tout se base sur la confiance avec eux. Mon père est  journaliste, ma mère écrit et travaille pour la télévision. C’est d’ailleurs mon père qui m’a initié au jeu vidéo. Aujourd’hui, il m’encourage.

Qu’est-ce qui vous a fait le plus plaisir depuis que vous avez commencé?

J’ai reçu un message du directeur du site jeuxvideo.com qui m’a félicité pour mes vidéos. Puis, ils m’ont recruté en tant que chroniqueur pour une émission: «Les parties multi de Diablox9». C’était une belle expérience professionnelle, que j’ai terminée il y a un mois et demi.

Avez-vous été approché par des éditeurs de jeu vidéo?

Pour un gamer, j’ai la chance d’être en contact avec Electronic Arts, j’ai même réalisé des vidéos diffusés sur leur site et j’ai été invité par eux à la Gamescom. Je suis aussi dans le carnet de presse de certains éditeurs. Avec «Battlefield 3», Electronic Arts reste proche de sa communauté. On a l’impression qu’Activision est moins intéressé par la communauté de joueurs de «Call of Duty».

Qu’aimez-vous, à part jouer et réaliser?

Je suis sportif dans l’âme, j’ai pratiqué le tennis pendant huit ans. Je fais du ski -Suisse oblige-, du piano, de la moto. Je sors pas mal, j’ai une copine, je reste très sociable. Je me vois plus comme un geek que comme un no-life.

D’où vous vient votre pseudonyme de «Diablox9»?

En primaire, un pote dessinait des personnages qui s’appelaient Diablo. Quand je me suis inscrit sur un forum de jeux vidéo, à 12 ans, le nom de Diablo c’était déjà pris. Alors j’ai rajouté deux touches de clavier au hasard, l’une en haut, l’autre en bas.