Salamworld.com devrait faire parler de lui

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le phénomène des réseaux sociaux est implanté dans notre quotidien, dire le contraire tiendrait de l'hérésie. Dans cette perspective on voit chaque jour apparaître de nouveaux réseaux. Salamworld.com devrait faire parler de lui.

Présenté comme un réseau social 100% musulman, Salamworld.com devrait voir le jour en 2012. Ce site Internet est évidemment à destination d'un public musulman. Salamworld entend «unir la jeunesse musulmane dans le partage d’une vision commune et les saines valeurs de l’islam en essayant de ne pas diffuser d’informations malsaines», a expliqué le vice-président Akhmed Azimov.

Installé à Istanbul, le site aura des coordinateurs dans trente pays et des modérateurs chargés de filtrer les contenus prohibés par la religion. Il proposera aussi des services de localisation de mosquées, de produits hallal, d’enseignement à distance ou encore des consultations théologiques. Les objectifs du site sont impressionnants puisqu'il compte totaliser 50 millions d’utilisateurs d’ici à 2015.

Si sur le papier le réseau n'a rien de plus qu'un site spécialisé, les réactions devraient arriver très promptement. On repense inévitablement à la polémique qui a frappél'application « Juif ou pas Juif ». Le développeur de l'application – Monsieur Lévy – n'avait nullement l'intention d'offusquer les individus. En créant son application, l'homme avait d'ailleurs peur qu'elle ne soit considérée comme trop « pro-juif ».

L’arrivée de Salamworld touche derechef à la religion, si on regarde les réactions exacerbées qui ont alimenté la création de Juif ou pas Juif, l’avenir de Salamworld semble destiné à la polémique. Seulement, un réseau basé sur la religion est-il moins défendable qu’un réseau recensant les gens beaux ou les animaux ?

Par ailleurs, l'avenir des réseaux est en partie dans la spécification, actuellement le secteur porteur des réseaux généralistes est saturé. Il est quasiment impossible de concurrencer Facebook, Twitter ou Google+. Reste qu'en prenant un axe précis, le réseau sera nécessairement moindre mais plus qualitatif. Si pour certains cela représente un carcan pour d’autres c’est un gage de précision, de détails, voir d’expertise.

Pour Salamworld, la question tombe encore sous le joug de la religion. Si on reprend l'exemple typique de « Juif ou pas Juif », l'application était incriminée car elle peignait un répertoire de personnes issues de religion juive. Non pas que ce soit problématique, seulement l'antisémitisme est encore présent actuellement, aussi un des arguments avancés était qu'une telle liste représentait un risque pour les personnes y appartenant.

Les polémiques quant à la religion musulmane ne peuvent pas être occultées, si « Juif ou pas juif » a alimenté les débats, Salamworld semble promis à un avenir similaire. Des associations comme J’accuse, SOS Racisme ou le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) s'étaient largement insurgées sur l'affaire Lévy. Il ne s’agit pas de groupes uniquement à destination de la religion Juive, bien qu’on ne puisse pas savoir si leur réaction envers Salamworld sera positive ou négative, le silence ne devrait pas être de mise.

Si le coeur de ce nouveau projet est louable, car finalement il ne s'agit que de créer un réseau sans contenus prohibés par la religion, les détracteurs ou défendeurs ne devraient pas tarder à s'exprimer.

[salamworld]