Hadopi va s'attaquer au streaming.
Hadopi va s'attaquer au streaming. — DR

High-Tech

les pirates du streaming peuvent encore naviguer

Hadopi 3 Lutter contre le visionnage en continu illégal, c'est possible ?

Télécharger illégalement, c'est mal. Visionner ou écouter en continu sur Internet illégalement, c'est mal aussi. Nicolas Sarkozy l'a annoncé vendredi : il compte demander à l'Hadopi de s'attaquer au streaming. Reste à savoir comment…

Hadopi, ça vise qui ?
Quelles seront les cibles d'une loi Hadopi 3 ? Les plateformes illégales ? Ceux dont l'accès Internet est utilisé pour les consulter ? La Cour de justice de l'Union européenne estime que « le spectateur d'une œuvre, diffusée en streaming, sans l'autorisation des ayants droit, ne se rend pas coupable de contrefaçon, même lorsque l'œuvre est reproduite temporairement et partiellement dans une mémoire d'ordinateur et sur l'écran du spectateur ». Un nouveau délit devra donc obligatoirement être créé.

On trace comment ?
Comment identifier une personne ayant consulté ce type de contenu ? S'il est possible de collecter des adresses IP sur un réseau peer to peer, celles-ci sont opaques lorsqu'un internaute regarde une vidéo sur un site. Alain Guislain, directeur de la société nantaise Trident Media Guard (TMG), mandatée pour collecter les adresses IP des internautes qui échangent des fichiers en peer to peer indique : « Les FAI sont les seuls à pouvoir savoir ce que vous faites sur Internet. Dans ce cas, il faudrait passer par le DPI. » Le Deep Packet Inspection permet d'analyser des paquets de données individuelles sur Internet. Une méthode controversée pour des questions de respect de la vie privée.

On va jusqu'où ?
Par ailleurs, la plupart des plateformes de streaming illégal, comme Megavideo, ne sont pas hébergées en France. Il faudrait donc bloquer ce type de service en faisant appel aux FAI sauf que ce genre de sites peut très facilement disparaître et apparaître. Et qu'après le contrôle du P2P, celui du streaming pourrait faire exploser le trafic des sites de téléchargement direct. Ces derniers, comme Megaupload, permettent d'obtenir directement une chanson ou un film, qu'ils hébergent sur leurs serveurs. Et leur trafic a explosé depuis Hadopi.