Arrêtez ce que vous faites, ça pollue

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

A l'instar des voitures, des avions, ou encore des vaches, les e-mails émettent du CO2 et contribuent ainsi au réchauffement de la planète.

C'est en tout cas ce que confirme une étude de l'Agence de l'environnement et la maitrise de l'énergie (Ademe).

L'Ademe part du principe que dans une entreprise française de 100 personnes, chaque collaborateur reçoit en moyenne 58 courriels et en envoie en moyenne 33 par jour, dont la taille est d'environ 1 Mo. Si l'on considère qu'il y a 220 jours ouvrés par an, les envois en question auront alors émis l’équivalent de 13,6 tonnes de CO2, puisqu’un message électronique nécessite 5 minutes de temps de lecture environ et reste stocké à peu près un an.

Une simple réduction de 10% du nombre d’ e-mails envoyés permettrait à cette société fictive un gain d'environ 1 tonne d'équivalent CO2 sur une année. Soit de quoi faire un aller-retour Paris New-York sans éprouver le moindre remord d'avoir contribué au réchauffement de la planète.

De même les recherches sur internet sont nocives pour notre planète. Puisqu'un internaute effectue en moyenne 2,6 recherches sur la Toile chaque jour, soit 949 pour l'année entière. L'Ademe considère que sur la base de 29 millions d'internautes en France, les émissions de gaz à effet de serre liées à cette activité atteindraient le chiffre de 287.600 tonnes d'équivalent CO2 soit 9,9 kg par personne en moyenne sur un an.

Les responsables de l'étude conseillent donc d'utiliser des mots-clés plus précis ou d’utiliser les favoris, entre autres. Vous trouverez l’ensemble de leurs recommandations sur le site de l’Ademe ici. [ADEME, crédit photo: © Beboy - Fotolia.com]