Les promesses de l'e3

Joël Métreau et Philippe Berry, à Los Angeles

— 

En 2012, vos consoles verront l'univers fantasy de « Skyrim » (en haut) et la loufoquerie de « Raymans Origins » (en bas).
En 2012, vos consoles verront l'univers fantasy de « Skyrim » (en haut) et la loufoquerie de « Raymans Origins » (en bas). — ubisoftbethesda

L'E3, salon du jeu vidéo à Los Angeles, s'est achevé hier. Passage en revue des beaux titres de l'année à venir.

Le plus loufoque. « Raymans Origins ». Annoncé l'an dernier comme un jeu téléchargeable, « Raymans Origins » est devenu beaucoup plus ambitieux. Ce jeu de plateformes au style BD et en 2D, créé par les studios Ubisoft Montpellier, veut affronter Mario sur son terrain. Et il bénéficie d'une véritable French Touch, grâce à l'esprit farfelu du créateur Michel Ancel.

La plus belle balade. « The Elder Scrolls V : Skyrim ». Des mammouths, des dragons, des saumons… C'est une infime partie de la faune qu'abrite cette Rolls des jeux de rôle. Très attendu, « Skyrim » propose un univers riche en détails. Pour les fans d'heroic fantasy, immersion garantie.

Les plus « ouch ». « Street Fighter X Tekken » et « Asura's Wrath », édités par le japonais Capcom, savent jouer des poings. Le premier adopte le cross-over de deux célèbres licences de jeux de combat. Sa jouabilité s'annonce accessible aux novices. Le second, jeu d'action, profite d'un trait crayonné original pour un résultat qui plaira aux fans de « Naruto » et de « Dragon Ball ».
Le plus vertical. « Bioshock Infinite ». Cyber-punk toujours, mais la franchise quitte le monde sous-marin pour celui des airs. Bye-bye la cité engloutie, bienvenue dans la ville utopique de Columbia. Au milieu des shooters de destruction massive (« Battlefield 3 », « Modern Warfare 3 »), qui finissent par se confondre, « Bioshock Infinite » possède une identité forte avec son monde ultra-coloré et ses armes old school.

Le plus furtif. « Hitman : Absolution ». L'agent 47 est de retour après cinq ans d'absence. Cette fois, le chasseur est chassé par l'Organisation et va devoir utiliser ses talents pour sauver sa peau. Cinématographique, subtile, l'action promet d'être au rendez-vous, y compris pour les nouveaux venus qui pourront compter sur un mode « instinct » pour faciliter leur vie de tueur à gages.