Pourquoi personne ne peut rivaliser avec le prix de l'iPad

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Lorsque Steve Jobs a révélé l’iPad en janvier dernier, la plus grosse surprise n’était pas le produit en lui-même: beaucoup avait déjà résumé l’iPad à “un iPhone en plus grand”.

Non, la véritable surprise de la tablette Apple était venue du prix du produit:

A seulement 500$, Apple a surpris tout le monde. On s’attendait à un prix de l’ordre de 800$ à 1.000$. Il est vrai que les cadres d’Apple n’avaient cessé de répéter qu’ils ne seraient pas capables de produire un ordinateur à ce prix, en l’occurrence un netbook, qui ne soit pas de mauvaise qualité.

Mais Apple a réussi à proposer un produit à ce prix, et il est tout sauf mauvais. Ce n’est certes pas un ordinateur au sens classique du terme, mais sa qualité est tout à fait conforme aux standards plutôt élevés d’Apple.

A titre de comparaison, la Xoom de Motorola sort aux Etats-Unis à 800$. Il est vrai que l’iPad le plus comparable est celui à 730$, mais il n’y a pas de Xoom à 500$ de prévue, et Motorola risque bien d’en souffrir. Dans le même ordre d’idée, la Galaxy Tab de Samsung est à 600$ sans contrat avec un écran de 7 pouces seulement.

Mais pourquoi est-ce si compliqué de proposer une tablette abordable? Et comment Apple a pu y parvenir?

Jason Hiner de Tech Republic suggère que c’est grâce à la stratégie de distribution d’Apple: en vendant directement aux consommateurs dans ses propres magasins, la firme de Cupertino n’a pas à partager la marge avec des distributeurs indépendants et souvent gourmands en marge.

C’est vrai, mais l’explication ne peut être que partielle, dans la mesure où Apple doit quand même supporter des coûts de distribution significatifs pour faire tourner ses 300 magasins. Ceci étant, l’avantage concurrentiel est énorme dans la mesure où les produits Apple ne sont pas en concurrence avec des produits rivaux sur les étagères.

La cuisine maison revient moins cher qu’un repas au restaurant

La stratégie de distribution ne fait donc pas tout, et le reste de l’explication sur le prix de l’iPad à 500$ est sans doute à rechercher du côté de la capacité d’intégration de l’entreprise: Apple est probablement l’entreprise la plus intégrée verticalement au monde. Ils ont non seulement leurs propres boutiques, mais tous les matériels et les logiciels sont conçus en interne, et Apple possède son propre magasin de distribution de contenus numériques avec  iTunes.

Concevoir en interne permet à Apple d’éviter d’avoir à payer des licences à des tiers pour l’utilisation de propriétés intellectuelles. Ainsi la puce A4 qui équipe l’iPad est basée sur une technologie développée et possédée par Apple (et pas par Intel, AMD ou Nvidia). Le système d’exploitation est le leur, pas un système sous licence de Microsoft ou de Google.

C’est la raison pour laquelle Hewlett-Packard a acheté Palm: cela leur a permis de créer le TouchPad avec un système d’exploitation qui leur appartient et qui leur permet de vivre leur vie sans avoir à dépendre de Microsoft (dont la stratégie en matière de tablette n’est toujours pas vraiment crédible).

Pour autant la marge d’Apple sur un iPad à 500$ n’est probablement pas très élevée, mais ils ont tout intérêt à vendre le plus de tablettes possibles, dans la mesure où elles sont aussi et surtout les portes d’entrées vers l’éco-système très rentable d’Apple de distribution de contenus numériques. [Wired] Photo: Bryan Derballa/Wired.com