FON, le réseau Wi-Fi mondial à partager

©2006 20 minutes

— 

S. ORTOLA / 20 MINUTES

Pour surfer sans fil et à haut débit depuis son sofa, il en coûte déjà entre 30 et 40 e

Sachant qu'on n'utilise que 5 % environ de la bande passante, on peut hésiter à dépenser encore plus pour surfer à l'air frais

Aujourd'hui, la connexion à l'un des 15 000 « hot spots » Wi-Fi commerciaux disponibles en France est facturée par les opérateurs entre 3 et 9 e de l'heure

Un tarif similaire est appliqué aux connexions UMTS ou GPRS

En partant de ce constat, l'entrepreneur argentin Martin Varsavsky a décidé de lancer FON

Cette start-up espagnole concrétise une idée fortement inspirée des systèmes P2P : bâtir un réseau Internet mobile communautaire grâce au partage des réseaux Wi-Fi privés des membres de la communauté

FON teste son service en français depuis un mois

Le fonctionnement est assez simple : on s'inscrit sur www

fon

com, on télécharge un petit logiciel qui fait de notre accès un FONspot

Ensuite, il n'y a plus qu'à déclarer son point d'accès, et en échange, on reçoit des codes qui permettront d'utiliser librement les autres points d'accès Wi-Fi maintenus par les autres utilisateurs du réseau (les FONeros)

Lancé en Espagne il y a un peu plus de trois mois, le mouvement FON compte déjà près de dix mille membres dans cinquante-deux pays

Selon son fondateur, d'ici à un an, ce réseau Wi-Fi sera le plus grand du monde avec trente mille FONspot ; il se fixe même un objectif d'un million de « FONeros » d'ici à 2010

Le pari est très ambitieux mais FON a pour modèles Napster et Skype, qui, en leur temps, et chacun dans leur domaine, ont connu des succès foudroyants

En fait, FON compte disputer aux opérateurs de téléphonie mobile le juteux marché de la 3G

Selon son créateur, le réseau « peut accomplir ce que la 3G n'a pas réussi à accomplir, à savoir, offrir de l'Internet mobile haut débit

La 3G a une bonne couverture, mais sa bande passante est minime et le coût d'accès trop élevé comparés au Wi-Fi

» Il n'est d'ailleurs pas le seul à y croire : un consortium d'investisseurs, parmi lesquels Google, Ebay et sa filiale Skype, viennent d'investir près de 18 millions d'euros dans la start-up de Varsavsky

Et pour cause : s'ils veulent augmenter leur trafic et leurs revenus, ces géants du Web ont tout intérêt à ce que l'Internet mobile se démocratise

Yaroslav Pigenet