La Chine a secrètement piraté l'internet

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La Chine a piraté l’internet pendant 18 minutes en avril dernier. Les experts en cybercriminalité ont découvert la preuve de ce piratage au cours duquel l’Empire du Milieu a absorbé 15% du trafic des résaux civils et militaires des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux.

Cela représente un volume de données énorme. Personne ne sait pourquoi ils ont fait ça, mais on sait au moins comment ils l’ont fait:

Le 8 avril dernier les routeurs de China Telecom ont diffusé des messages indiquant que leurs chemins réseaux étaient les plus rapides disponibles. Comme le routage du trafic de l’internet repose sur la confiance entre les fournisseurs de solutions de communication à travers le monde, les autres routeurs ont gentiment redirigé leur trafic vers le réseau chinois.

L’expert en sécurité Dimitri Alperovitch de chez McAfee a expliqué que cela arrivait “accidentellement” quelques fois par an, mais que c’était différent cette fois-ci: le réseau de China Telecom a absorbé toutes les données qui lui ont été envoyées et les a restituées sans délai. Par le passé ce genre d’accident aurait causé des problèmes de communication, ce qui conduit les experts à conclure qu’il ne s’agit pas cette fois d’un accident mais d’une volonté délibéré de capturer autant de données que possible. Personne ne sait vraiment pourquoi la Chine l’a fait, mais Dimitri Alperovitch a indiqué que les Chinois ont parfaitement pu manipuler les données passées par leurs réseaux.

C’est probablement le plus gros cas de piratage de l’histoire. Qu’est-il advenu du trafic pendant qu’il était en Chine? Personne ne le sait. Imaginez la puissance et la robustesse de leurs réseaux. Existe-t-il un autre pays capable d’absorber une telle proportion du trafic internet mondial sans broncher?

Même si le gouvernement américain s’est voulu rassurant, c’est quand même inquiétant. China Telecom ne s’est pas lancé dans une telle opération sans but précis. Peut-être n’était-ce pas une manoeuvre d’espionnage mais simplement un test technique de montée en charge?

Une chose est sure: le phénomène peut se reproduire. Pas très rassurant tout ça… [National Defense Magazine]