Test du ZTE Blade: Partie 1

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La firme chinoise ZTE va sortir son deuxième smartphone qui fonctionnera sous Androïd 2.1. J’ai eu l’occasion de le tester. Première chose à intégrer, le but n’est pas de surpasser en termes de qualité RIM ou Apple. La société ZTE vise les acheteurs à petit budget, il s’agit donc d’une entrée de gamme en matière de smartphone (à partir de 29 euros avec un forfait bloqué).

Ayant compris cela, j’ai déballé le téléphone en oubliant totalement l’utilisateur d’ iPhone que j’étais, pour redevenir novice dans l’utilisation des téléphones intelligents.

Caractéristiques techniques: Le Blade possède un écran tactile captatif, multi-touch OLED de 3,5 pouces. Son poids est de 110 grammes pour une épaisseur de 11,9 mm. Il est équipé d'un processeur Qualcomm QCT MSM7227-1 cadencé à 600 MHz, d'un port micro-USB 2.0.  Il possède un appareil photo de 3,2 Mégapixels, des connexions via 3G+ et Wi-Fi, ainsi que d'un module A-GPS. Il est fourni avec une carte mémoire 2GB.

Premières impressions: la première chose que l’on remarque, est que malgré une taille à peu près similaire à la plupart des smartphones, celui-ci est très léger et se glisse facilement dans la poche. On l’oublierait presque. Il est donc agréable à tenir. Comme je l’ai précisé, j’ai du vérifier qu’il s’agissait d’un modèle de base dans la catégorie des smartphones car en le voyant on ne s’en doute pas forcément. Il semble solide et les finitions sont réussies.

Design: Le téléphone dispose de trois boutons de contrôle comme sur la plupart des mobiles Androïd (menu, retour et home). Un bouton de volume est également présent sur le côté. Enfin le bouton principal se trouve en haut de l’appareil. Il permet d’allumer et d’éteindre le téléphone, de le mettre en vibreur, silencieux ou mode avion et enfin de le verrouiller et de le déverrouiller. Selon moi il regroupe trop de fonctionnalités, et le principal défaut est que le déverrouillage de l’écran se fait exclusivement à partir de ce bouton.

Écran tactile: L’écran possède une belle qualité d’image (j’y reviendrai dans la deuxième partie). Une fonction capteur de lumière et de proximité est également présente, elle permet de modifier automatiquement la luminosité de l’écran en fonction de l’environnement dans lequel vous vous trouvez. Cela peut être utile pour préserver l’autonomie de la batterie mais pour l’avoir essayé dans les transports en commun, l’éclairage change constamment donc j’ai préféré le désactiver.

Pour la prise en main du clavier tactile, elle s’avère très difficile, en mode portrait j’ai très rapidement abandonné car la taille de l’écran fait qu’il est impossible à utiliser. En mode paysage, ce n’est pas extraordinaire non plus. Il m’a fallu un bon bout de temps pour réussir à écrire mes premiers sms. Le Blade propose aussi une fonction permettant d’avoir deux lettres sur la même touche sans doute pour aider les novices dans le domaine du tactile à s’habituer. Il suffit de faire glisser votre doigt pour voir ce nouveau clavier apparaitre. Là encore, c’est compliqué car il apparait parfois involontairement lorsque l’on écrit un message, ça devient rapidement agaçant.

Navigation: Malgré les problèmes avec le clavier, le tactile est très réactif, à l’exception de quelques ralentissements par moment. L’interface est similaire à celle des téléphones Androïd. N’étant pas habitué je m’y suis un peu perdu au début entre l’écran d’accueil et les menus. Selon moi quelques dossiers pour classer les applications par genre ne seraient pas de trop.

Dans la seconde partie du test je parlerai de l’utilisation du Blade, avec la musique, vidéo, photo et l’autonomie entre autres puis je ferai un bilan de ce téléphone.