Impossible d'être concentré au travail plus de douze minutes

TECH C'est le temps maximum pendant lequel un français peut rester concentré selon une étude...

Sandrine Cochard

— 

Lancé dans la rédaction de votre compte rendu de réunion, votre téléphone émet la sonnerie du SMS tout juste reçu. Vous vous arrachez à votre tâche pour jeter un rapide coup d'œil, vite fait. Trop tard, le mal est fait. Votre concentration est retombée. Car d'après une étude de la société Sciforma, il est «impossible pour un Français de rester concentré plus de douze minutes sur son travail sans être interrompu.»

Omniprésence informatique

«Le temps de travail des Français est de plus en plus morcelé, note Sciforma. Dominés par l'informatique et les télécommunications, les salariés sont sollicités en permanence par la messagerie interne, les messages instantanés, les appels téléphoniques, les SMS et toutes sortes d'alertes.» En cause, l'environnement informatique dans la vie professionnelle des Français.

Ainsi, 93,3 % d'entre eux passent plus de quatre heures par jour sur leur ordinateur (et 70 % plus de 6 heures). Ce qui perturbe le plus la concentration reste l'accès à Internet, et aux réseaux sociaux en particulier : plus d'un Français sur deux s'y connecte durant ses heures de travail et 75 % des sondés avouent interrompre une tâche pour regarder le contenu d'un nouveau message.

Sciforma estime que nous recevons 34 e-mails par jour en moyenne (15,5 % des sondés en reçoivent même 60 par jour). Ce chiffre grimpe à 40 si on compte les SMS (dont un tiers à caractère personnel). « Pour une journée de 8 heures de travail, recevoir 40 messages revient donc à une moyenne d'un message toutes les douze minutes. Voilà comment Sciforma atteint sa moyenne», explique le site PC INpact, qui a révélé l'étude.

«L'entreprise est de moins en moins un lieu de production au sens classique du terme, commente Jérôme Anrès, PDG  de Sciforma. Le travail devient une intera­ction, un échange, un dialogue permanent. L'entreprise favorise et exige cette interactivité dont elle fournit les outils.» Car malgré «la fréquence des interruptions, les Français au travail gardent le cap et leurs objectifs». De quoi rassurer certains patrons.