L'Allemagne appelle au boycott de Facebook

WEB En cause, le respect de la vie privée et des données...

O.R. avec agence

— 

Facebook compte plus de 400 millions d'utilisateurs
Facebook compte plus de 400 millions d'utilisateurs — DR

Et pas qu’au niveau des utilisateurs... Tout commence mardi, avec une lettre ouverte de la ministre de la Consommation, Ilse Aigner, destinée au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. Dans le courrier, elle fait part de son «étonnement» face à la nouvelle politique du site, qui prévoit que des «données générales» sur les utilisateurs puissent être transmises à des tiers sans leur accord.

Mercredi, c'est la Fédération des organisations de consommateurs allemands, (VZBZ) qui regroupe 42 associations de défense, qui a lancé un appel aux internautes: «si vous accordez de l'importance à la protection de vos données, vous devriez changer» de site.

Les appels à quitter le réseau social virtuel Facebook  se font donc de plus en plus pressants en Allemagne, la firme américaine étant accusée d'être particulièrement laxiste sur la protection des données de ses usagers.

Inverser la logique de protection des données

La VZBZ estime que Facebook devrait inverser la logique de protection des données sur son site.

Au lieu de contraindre l'utilisateur prudent à passer par «un processus très coûteux en temps et en efforts» pour interdire la diffusion de ses données personnelles stockées (opt-out), Facebook devrait demander l'autorisation au cas par cas (opt-in) - l'interdiction devenant le réglage par défaut-, suggère la VZBZ.

«La responsabilité de la protection des données relève de l'opérateur, pas du consommateur», poursuit l'organisation.

La question de la protection des données privées est très sensible en Allemagne, en raison du «fichage» des personnes sous les dictatures nazie et communiste en RDA.