A Abu Dhabi, la ville verte du futur peine à sortir de terre

URBANISME Avec la crise, les ambitions du projet sont revues à la baisse...

Philippe Berry

— 

Vue d'artiste de la ville en construction de Masdar City
Vue d'artiste de la ville en construction de Masdar City — DR

Le projet pharaonique n'est pas encore ensablé mais son échelle redevient un peu plus humaine. «Masdar City», c'est cette idée un peu folle dévoilée en 2006 d'une ville à zéro émission carbone qu'un Cheikh d'Abu Dhabi voudrait s'offrir avec ses pétro-dollars. Mais la crise n'épargne personne. Et entre des problèmes techniques et financiers, Khalifa bin Zayed Al Nahyan semble devenir plus raisonnable.

Mi-mars, des responsables ont annoncé revoir à la baisse leurs ambitions. 20% du staff du projet a été licencié et un partenaire extérieur recruté pour tirer les coûts vers le bas. Selon la BBC, qui consacre un reportage à cette «eco-ville», le cheikh devrait quand même débourser entre 15 et 20 milliards d'euros.

 

(>> voir une vidéo plus récente ici)

Dans un décor lunaire, les constructions ont commencé, notamment celle d'une centrale solaire qui alimenterait, entre autre, une usine de désalinisation de l'eau de mer. Les travaux ont pris un an de retard et devraient durer jusqu'en 2017. A terme, la ville pourrait compter jusqu'à 50.000 habitants et accueillir 1.000 entreprises des nouvelles technologies vertes. Son coeur sera le Masdar Institute of Technology, sur le modèle du MIT.

 

Aucune voiture classique ne sera autorisée dans la ville. Des véhicules électriques individuels permettraient de se déplacer en sous-terrain. La partie aérienne serait 100% piétonne, inspirée de construction traditionnelle orientales, avec des bâtiments proches les uns des autres pour se faire de l'ombre.

Les architectes et ingénieurs explorent plusieurs pistes pour conserver l'énergie, dont des miroirs qui réfléchiraient et concentreraient l'énergie solaire vers une tour centrale. Sur le modèle d'une base lunaire, un film d'aluminium combiné à une couche de gaz ou de vide pourrait isoler en partie les bâtiments de la chaleur.

Déménageriez-vous dans une telle ville? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.