iPad vs HP Slate: avec ou sans flash?

Philippe Berry

— 

Le HP Slate PC et l'iPad d'Apple (montage)
Le HP Slate PC et l'iPad d'Apple (montage) — DR

De notre correspondant à Los Angeles

Apple aime les cérémonies hollywoodiennes. Lors des Grammy's, Stephen Colbert s'était fait mousser avec un iPad sur scène. Dimanche, lors des Oscars, Steve Jobs avait sorti son smoking et la firme à la pomme a matraqué trois spots de 30 secondes en l'espace de deux heures, profitant d'une audience de 40 millions de téléspectateurs –l'une des plus fortes après le Super Bowl.

 

 

Pas d'humour pour Apple, mais 30 secondes ultra efficaces au son de There Goes My Love par The Blue Van. L'accent est mis sur la simplicité de l'interface et les fonctionnalités (lire un livre, le New York Times, regarder Star Trek, mettre en page un document, trier ses mails etc). Un seul message: «3 avril», date de disponibilité de l'iPad wifi aux Etats-Unis (fin avril pour le modèle 3G et pour la France)

 

En face, entente cordiale HP, Adobe et Microsoft

 

HP avait plutôt fait profile bas depuis la brève présentation de son Slate PC par le patron de Microsoft Steve Ballmer lors du CES, en janvier dernier. Toujours pas de date de sortie officielle (autre que «courant 2010»), de prix ni de spécifications techniques. Lundi, HP a cependant posté un billet sur son blog officiel, incluant une vidéo mise en ligne vendredi sur YouTube.

 

 

Sur un rythme techno, le montage très épileptique montre dans les grandes lignes des fonctions similaires à celles de l'iPad. Principale différence: le HP Slate tourne sous Windows 7. La guerre fait rage chez les technophiles pour décider si c'est là un point positif ou négatif.

 

Flash, saviour of the universe

 

Du point de vue de l'interface, il s'agit plutôt d'un handicap. Windows 7 gère le tactile mais son ADN n'a pas été pensée pour les doigts. Le clavier virtuel semble trop ramassé pour être pratique. Côté fonctionnalités en revanche, c'est une question de philosophie. Windows 7 signifie Adobe Flash et Air, point sur lequel HP axe sa communication en promettant un accès «à tout Internet, y compris Flash» (que l'iPad ne supporte pas).

 

Vidéos, sites interactifs, petits jeux en ligne... Le plugin propriétaire et fermé d'Adobe est devenu un standard du web. Les défenseurs du logiciel libre le voient malgré tout comme un cancer responsable de nombreux bugs sur le point de disparaître, notamment avec la démocratisation future du HTML5 pour les vidéos.

 

Sur ses appareils tactiles, Apple a choisi de boycotter Flash. Raison semi-officielle: trop gourmand, et surtout, le plugin d'Adobe repose sur les mouvements de la souris (mouse-over etc) pour déclencher des actions. Problème, les écrans tactiles suppriment ce curseur et la navigation serait à revoir en partie. Autre raison non négligeable: bannir Flash permet à Apple de protéger son modèle iTunes+apps pour les jeux. Bref, chacun défend son business.

 

iPad ou HP Slate? Flash ou pas Flash? De quel côté votre coeur balance-t-il? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.