IdéNum: Comment le gouvernement promet la fin des mots de passe sur Internet

HIGH-TECH Un simple «certificat» électronique servira de sésame à tous les sites partenaires...

Corentin Chauvel

— 

MEIGNEUX / SIPA

Les Français sont nuls en mot de passe? Le gouvernement a la solution: IdéNum (prononcer «IdéNoum»). La secrétaire d'Etat chargée de la prospective et du développement de l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, a présenté ce lundi le futur label qui permettra à chacun de se créer une «identité numérique multi-services».

Un «certificat» avec ses coordonnées

L'idée est de placer sur un seul support (clé USB, carte à puce, carte SIM…), appelé «certificat», toutes ses coordonnées personnelles et que celles-ci puissent être reconnues instantanément sur des sites Internet, publics et privés, adhérant au label IdéNum. Il n'y aura ainsi plus besoin d'utiliser de pseudonymes et de mots de passe. Et mieux, cela remplira et signera automatiquement certains formulaires électroniques (impôts, sécurité sociale, Pôle emploi, banque…).

Nathalie Kosciusko-Morizet l'a donc annoncé avec un plaisir non dissimulé: Fini le «cauchemar des 1.001 mots de passe» inscrits sur des post-it, son agenda ou son téléphone portable qu'«un gus finira par vous piquer dans la rue». Une simulation a suivi, démontrant comment l'on peut, avec son seul et unique certificat connecté à Internet, souscrire un prêt à la banque, faire des achats, et déclarer ses enfants à la caisse d'allocations familiales (CAF).

Une vingtaine de partenaires


«Plus de simplicité, plus de sécurité, plus de services», tel est le credo d'IdéNum qui s'inspire d'initiatives similaires existant dans d'autres pays européens. Une vingtaine de partenaires divers, dont la Fédération bancaire française, la Fédération française des sociétés d'assurance ou encore La Poste, se sont déjà engagés à participer à la réflexion et à la concrétisation de ce projet dont un prototype devrait voir le jour au second semestre 2010. Avant d'être opérationnel en 2011.

Cependant, de nombreux points d'ombre sont encore à éclaircir. Il y a d'abord celui du modèle économique de ce sésame. Si le label est unique, plusieurs fournisseurs seront possibles et ce ne sera pas gratuit. Le prix du certificat reste à déterminer par les fournisseurs, les parties en présence n'ont pas voulu avancer d'estimations.

L'avènement d'un futur concurrent à Facebook?


Quid du vol? Comme pour sa carte bancaire, il y a tout de même au préalable un code PIN à effectuer avant de pouvoir activer son certificat et il sera possible de faire opposition. De même, les homonymies pourront poser problème et la durée de vie du certificat sera limitée (de trois à cinq ans selon les premières estimations).

Même si cette table ronde ne faisait que lancer les travaux, Nathalie Kosciusko-Morizet voit loin. Révélant que sur Twitter, elle était suivie par «Jésus-Christ», la secrétaire d'Etat est persuadée qu'un nouveau genre de réseau social doté du label IdéNum pourrait naître, avec cette fois l'assurance de communiquer avec des adhérents «réels». Facebook a du souci à se faire.

Et vous, pensez-vous que ce certificat va simplifier vos démarches électroniques? Ce label peut-il apporter plus de sécurité sur Internet?