Des PC zombies qui se multiplient

INFORMATIQUE Si l'année 2009 a été plutôt calme, 2010 s'annonce sombre sur le terrain des spams...

Christophe Séfrin

— 

L'année informatique 2009 n'a pas connu son virus H1N1. «Nous avons constaté beaucoup moins d'attaques nuisibles», confirme Frédéric Guy, expert en sécurité chez Trend Micro. Ainsi, aucun virus, à l'instar de MyDoom en 2004, n'a décimé les PC cette année. Problème: les cybercriminels ont développé un nouvel arsenal tout aussi nuisible. Leur arme de prédilection: les «botnets».

Leur principe consiste à prendre la main sur des ordinateurs et à les utiliser comme relais postaux pour envoyer des spams. «Actuellement, 87% des messages reçus par les internautes sont des spams. Et 83% d'entre eux ont été envoyés par des PC infectés», note Eugenio Correnti, consultant Europe Services hébergé chez Symantec. Pas évident de se prémunir contre ce type de menace. «On traque des choses souvent invisibles», confie Frédéric Guy.

Des mots de passe trop simples

Si l'utilisation d'un antivirus reste le b. a. - ba, la vigilance est plus que jamais de mise. A l'heure où 48% des Français se connectent à Internet chaque jour (d'après le Credoc), «les mots de passe utilisés par les internautes demeurent trop simples et trop souvent les mêmes», déplore Trend Micro. Ainsi, un mot de passe unique est-il préconisé pour gérer son compte bancaire, par exemple.

Par ailleurs, «il faut faire preuve d'intelligence et ne pas cliquer sur n'importe quoi», insiste Eugenio Correnti. Les décès de Michael Jackson et de Patrick Swayze ont ainsi donné lieu à des campagnes de spams véhiculant des liens URL malicieux. Une fois que vous avez cliqué dessus, votre PC vire à l'ordinateur zombie. «La prochaine Coupe du monde sera un excellent tremplin pour véhiculer des pièces jointes dangereuses», ajoute Eugenio Correnti.

Du côté des pronostics viraux pour 2010 justement, les experts prévoient un renforcement de ces méthodes d'infection par le biais des réseaux sociaux. Hier épargnés, les Mac et smartphones seraient eux aussi menacés.