Un animal virtuel s'incruste dans votre réel

Christophe Séfrin

— 

Cette petite boule de poils annonce une révolution. Avec « EyePet », que Sony vient de lancer sur PS3 (env. 30 euros), le monde du jeu vidéo est en passe de repousser davantage les frontières de l'imaginaire. Pourquoi ? « EyePet » est le premier du genre à mettre en oeuvre la technologie de « réalité augmentée », soit l'association dans un décor réel d'éléments numériques sur lesquels on peut interagir.

Concrètement, « EyePet » nécessite l'usage d'une petite caméra à placer face au joueur. A l'écran, celui-ci se verra, comme dans un miroir. Le jeu se charge d'y intégrer le héros numérique : une drôle de bestiole à customiser, soigner, laver, amuser... Grâce à une « carte magique » à tenir face à la caméra, on peut manipuler des objets virtuels : douchette, boîte de croquettes... Sur le papier, le concept séduit. Dans la réalité, les choses sont plus compliquées. Blandine,11 ans, et Irène, 7 ans, qui ont essayé « EyePet », se sont un peu découragées face aux contraintes du jeu : « C'est trop stylé, mais la caméra ne veut rien savoir », commentent-elles. Zone de jeu pas toujours bien éclairée, carte magique parfois mal repérée par l'objectif... Il faut, c'est vrai, un peu de patience. Mais ensuite, l'illusion est parfaite. W