Le mobile GPS se cherche encore un peu

Christophe Séfrin

— 

Mieux vaut tard que jamais. Près de deux ans après sa présentation au salon 3GSM de Barcelone, le Nüvifone sort enfin de son étui. Le Nüvifone, c'est le téléphone GPS né de l'alliance entre les constructeurs Garmin et Asus. Union sacrée ? En réunissant le meilleur des deux mondes, les deux géants accouchent pourtant d'un appareil qui cherche sa voie. Vrai GPS (cartographie européenne, énoncé du nom des rues, affichage des limitations de vitesse...) et vrai smartphone (communication, Internet, e-mails, lecteur multimédia, photo...), le Nüvifone demeure singulier. « L'idée n'est pas de concurrencer l'iPhone sur la musique, ni le N95 de Nokia sur le multimédia et encore moins le BlackBerry pour le mail. L'idée est d'ouvrir un nouveau marché », précise-t-on chez Garmin.

Pour cela, le Nüvifone part d'une bonne idée : la position GPS de son utilisateur en optimise l'usage grâce à des services connectés. Exemples : trouver l'adresse d'un restaurant à proximité ou d'un événement local et échanger l'information par mail, rechercher sur Google l'adresse d'un magasin et s'y laisser guider, poster une photo géolocalisée sur Facebook, sans oublier l'info trafic, la météo ou les tarifs à jour des carburants du lieu où l'on se trouve... Une fois en main, le Nüvifone révèle un écran réactif et une facilité d'usage béotienne. On dirait presque un mobile pour seniors, avec une interface répondant plus aux codes des systèmes GPS qu'à ceux de la téléphonie. Mais en étant bridée, celle-ci est loin d'offrir la richesse des classiques smartphones personnalisables à l'envi. Si Garmin-Asus promettent l'arrivée de davantage de services, on reste à mille lieues des fameuses applications pour iPhone, Windows Phone et Google Phone. D'autant qu'à 599 euros, soit le prix d'un bon GPS additionné à celui d'un bon mobile, le Nüvifone ne dispose pas d'offre subventionnée. W