Nice : Steevey, une plateforme de rencontre et d’entraide 100 % pour les étudiants

INTERNET Cette plateforme 100 % gratuite et privatisée pour les étudiants a été créée pour « lutter contre la précarité en favorisant les liens entre eux »

Elise Martin
Loan Nalepka, créateur du site avec un tee-shirt qui présente le logo de la plateforme
Loan Nalepka, créateur du site avec un tee-shirt qui présente le logo de la plateforme — L. Nalepka
  • Le site Steevey a été créé par Loan Nalepka, 23 ans, qui a eu l’idée pour un projet universitaire.
  • Il voulait permettre à la communauté étudiante très solidaire d’accéder via un site à des activités pour pouvoir se rassembler. On trouve aussi des bons plans et un système de revente de produits ou de services exclusivement entre étudiants.
  • L’inscription est gratuite mais il est nécessaire de prouver de son statut avec une carte d’étudiant ou un certificat de scolarité. Les jeunes diplômés de moins de trois ans seront bientôt aussi les bienvenus.

C’est un mélange de Leboncoin, de Fruitz – l’application pour « rencontrer les personnes qui ont les mêmes envies que vous » –, et les groupes Facebook qui existent dans toutes les villes de France. Steevey est une plateforme 100 % gratuite et privatisée pour les étudiants. Ils peuvent ainsi partager « des activités, des services et de la seconde main, et des bons plans ».

Lancée il y a un mois, mais officiellement « avec la première soirée sur la plage la semaine dernière » à Nice​, Steevey « vient concrétiser le réseau solidaire qui existe depuis toujours dans la communauté étudiante », selon son créateur Loan Nalepka. Si le site est réservé aux étudiants, « c’est parce qu’on se comprend mieux, on a un vécu actuel commun », explique-t-il. Pour avoir accès à toutes les fonctionnalités, il faut alors s’inscrire et présenter sa carte d’étudiant ou certificat de scolarité.

Une idée façonnée pour les besoins des étudiants

Une fois inscrit, Steevey permet de « proposer des sorties sportives, culturelles, ou simplement un moment de rencontre. On peut aussi vendre des articles de seconde main mais aussi des services comme des cours ou aider pour un déménagement. Puis, il y a les bons plans avec les aides financières dont on peut bénéficier », précise son fondateur.

Loan Nalepka, 23 ans, en formation dans le pôle pépite Paca Est, a commencé à développer cette idée pour un cours lorsqu’il était en licence professionnelle. « Malgré les groupes sur les réseaux sociaux, ce genre de site n’existait pas. Après la licence, je voulais aller au bout de mon projet pour le concrétiser. Je me suis donc dirigé vers cette formation. » Il ajoute : « La plateforme est destinée à évoluer. Je fais vraiment en fonction des besoins des étudiants et des retours que je reçois. »

La plateforme Steevey est exclusivement réservée pour les étudiants afin de leur proposer des conseils, des activités et de la seconde main
La plateforme Steevey est exclusivement réservée pour les étudiants afin de leur proposer des conseils, des activités et de la seconde main - Steevey

Encore en études ou non, le créateur de Steevey écoute « tous les conseils pour que le site réponde au mieux aux attentes et envies des utilisateurs ». Après la première rencontre sur la plage et les avis des participants, Loan Nalepka va ainsi bientôt rendre disponible le site aux jeunes diplômés de moins de trois ans. « Ils ont aussi du mal à faire des rencontres et ils peuvent partager leurs expériences du monde du travail. »

Des partenariats, un export dans d’autres villes et une application ?

Lors de ce rendez-vous, une quinzaine de participants étaient présents. Et en un mois, une centaine de personnes se sont inscrites sur le site. Le créateur du site est satisfait. « J’ai pu voir que je répondais vraiment à un besoin, que c’était utile et pertinent. Je suis heureux de pouvoir rassembler cette communauté et de lutter contre la précarité étudiante en favorisant les liens entre eux. »

Il conclut : « L’objectif maintenant est d’organiser d’autres d’événements, nouer des partenariats avec le Crous, la Face06 et l’université Côte d’Azur par exemple. Pour la suite, pourquoi pas imaginer l’exportation du concept sur une application. Mais je veux d’abord étendre le concept à d’autres villes et faire grandir la communauté en réalisant une connexion étudiante dans toute la France. »