Les comptes de deux journalistes de « Charlie Hebdo » ayant republié la « une » sur les caricatures de Mahomet brièvement suspendus par Instagram

RESEAUX SOCIAUX Les comptes de Laure Daussy et Coco, deux membres de la rédaction de «Charlie Hebdo», ont été suspendus après qu’elles aient partagé sur le réseau social la « une » du journal satirique qui a republié les caricatures de Mahomet

H. B.

— 

La veille du procès "Charlie Hebdo", le journal a décidé de republier les caricatures de Mahomet en titrant "Tout ça pour ça".
La veille du procès "Charlie Hebdo", le journal a décidé de republier les caricatures de Mahomet en titrant "Tout ça pour ça". — ALLILI MOURAD/SIPA

EDIT : nous avons modifié le titre et rajouté la réaction d’Instagram dans l’article. Le réseau avance une « erreur » et dit avoir rétabli les comptes.

Instagram a-t-il censuré la couverture de Charlie Hebdo sur les caricatures de Mahomet ? Deux membres de la rédaction du journal satirique ont annoncé ce dimanche que leurs comptes Instagram avaient été bloqués, après avoir partagé la « une » du numéro de Charlie Hebdo intitulé « Tout ça pour ça » dans lequel étaient republiées les caricatures de Mahomet, à l’occasion de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 qui ont fait 12 victimes au sein de la rédaction.

Laure Daussy et Coco, respectivement journaliste et dessinatrice, ont partagé des captures d’écran de leur compte Instagram « désactivé ». « La dernière photo que j’avais postée était la une de Charlie Hebdo. C’est donc probablement un piratage ou un signalement en masse, nouvelle forme de censure. Hallucinant », a écrit la journaliste Laure Daussy, la première à avoir signalé ce blocage, dans un message publié samedi soir sur Twitter.

Ce dimanche matin, c’est la dessinatrice Coco, qui fait savoir sur Twitter que son compte Instagram avait subi le même sort. « Comme ma consœur de Charlie Hebdo, Laure Daussy, mon compte Instagram a été désactivé suite à la diffusion de la couverture « Tout ça pour ça » avec les caricatures de Mahomet. Tout simplement scandaleux », a tweeté la dessinatrice.

Appel à repartager en masse la « une » de « Charlie Hebdo »

De nombreux soutiens se sont manifestés sur Twitter pour condamner ce que certains qualifient de « censure ». « Scandaleux ! Pour la peine je republie des dessins pour la énième fois. Soutien », a ainsi tweeté un internaute. « C’est honteux, je vais publier cette image sur Instagram en soutien », a également confié une utilisatrice de Twitter. De nombreuses voix se sont ainsi élevées sur les réseaux sociaux pour appeler à repartager en masse la « une » de Charlie Hebdo sur Instagram.

Instagram a réagi ce dimanche à la mi-journée en plaidant l’erreur. « Ces comptes ont été supprimés par erreur. Nous les avons rétablis dès que cela a été porté à notre connaissance et nous sommes désolés de la confusion et de la détresse que cela a pu causer », a indiqué un porte-parole du réseau social, propriété de Facebook, rejetant tout lien entre la suspension des comptes et la couverture de Charlie Hebdo.

Le numéro de Charlie Hebdo, sorti en kiosque mercredi 2 septembre, a été épuisé dès le premier jour et a été réimprimé, a annoncé vendredi le journal satirique. Il avait été tiré à 200.000 exemplaires, soit trois fois le volume habituel.