Coronavirus : Non, le Covid-19 n’a pas été breveté par l’Institut Pasteur en 2004

FAKE OFF Un internaute prétend avoir trouvé un brevet, déposé en 2004, qui prouverait que le coronavirus qui sévit actuellement a été « inventé » à l’époque. Ce brevet, réel, n’est pas lié à cette épidémie, mais à celle du Sras, qui a sévi en 2003 et 2004

Mathilde Cousin

— 

Non, le Covid-19 n'a pas été déposé dans un brevet de l'Institut Pasteur en 2004.
Non, le Covid-19 n'a pas été déposé dans un brevet de l'Institut Pasteur en 2004. — Thomas SAMSON / AFP
  • Dans une vidéo largement relayée sur Facebook, un internaute prétend avoir trouvé un brevet, déposé en 2004, qui prouverait que le coronavirus qui sévit actuellement a été « inventé » à l’époque.
  • Ce brevet, déposé par l’Institut Pasteur, n’est pas lié à cette épidémie, mais à celle du Sras, qui a sévi en 2003 et 2004.
  • Cette demande de vérification nous a été envoyée par des lecteurs.

« Une fake news tout à fait fantaisiste ». Non, l’Institut Pasteur n’a pas déposé en 2004 un brevet concernant la souche de coronavirus qui circule actuellement dans le monde. La rumeur se répand pourtant rapidement sur les réseaux sociaux.

Tout est parti d’une vidéo, relayée massivement sur Facebook et YouTube, intitulée « Le coronavirus est made in France », dans laquelle un internaute explique avoir découvert un brevet, déposé en 2004 par l’institut public sous la référence EP1694829B1. Sur ce brevet figure l'inscription « Nouvelle souche de coronavirus associé au Sras et ses applications ». Cet internaute en déduit, à tort, que l’institut a créé le virus qui touche actuellement la planète.

L’internaute revient également sur les liens entre les autorités françaises et un laboratoire à Wuhan, liens sur lesquels nous étions revenus dans cet article du 31 janvier. 

FAKE OFF

Olivier Schwartz, responsable de l’unité « virus et immunité » à l’Institut Pasteur, dénonce auprès de 20 Minutes « une fake news tout à fait fantaisiste » : « L’Institut Pasteur n’invente pas des virus, mais au contraire travaille sur les virus émergents pour les caractériser, produire des diagnostics, traitements et vaccins. »

Le terme « coronavirus » désigne une famille de virus et pas seulement la souche qui circule actuellement dans le monde. « Il y a sept coronavirus qui affectent l’homme, rappelle Olivier Schwartz. Certains causent des petits rhumes, d’autres des infections plus graves, comme le SRAS en 2003-2004 et le MERS, venu du Moyen-Orient ». Apparu en 2003, le Sras est également désigné sous le nom de Sras-CoV-1. Le coronavirus qui sévit actuellement est désigné sous le nom de Sras-CoV-2.

Le brevet porte sur l’identification de séquences du Sras surgi en 2003

Pourquoi l’Institut Pasteur a-t-il déposé ce brevet en 2004 ? « En 2003, le Sras-CoV-1, qui s’appelait "Sras coronavirus" à l’époque, a causé près de 8.000 cas et près de 800 morts, souligne le scientifique. L’Institut Pasteur était mobilisé entre autres pour produire un candidat vaccin*, qui était basé sur le vaccin de la rougeole, pour protéger contre ce coronavirus. » Pourquoi le vaccin contre la rougeole ? « On peut utiliser celui-ci comme vecteur pour introduire d’autres antigènes. »

En 2004, les chercheurs de l’institut ont donc « caractérisé [identifié] les séquences [du Sras-CoV-1] pour en faire un vaccin. » C’est sur ces séquences et leur utilisation que porte le brevet.

Des recherches pour trouver un vaccin contre le Covid-19 en cours

Ce candidat vaccin n’est jamais devenu un vaccin définitif. Des essais cliniques avaient été menés sur des animaux, mais ils n’ont pas été faits sur l’homme. « L’épidémie s’est arrêtée [en 2004], rappelle le scientifique. Il n’était donc pas nécessaire à l’époque de continuer à tester un candidat vaccin. »

Les chercheurs de l’institut sont maintenant mobilisés pour trouver un vaccin contre le Sras-Cov-2. « On en est au stade de production des candidats vaccins, il n’y a pas encore eu de tests chez l’homme. Souvent, il faut tester plusieurs candidats » avant de trouver la bonne formule, souligne Olivier Schwartz. Il faudra donc patienter avant de voir un vaccin contre ce nouveau coronavirus.

* Un candidat vaccin désigne les différentes formules qui sont testées avant d’aboutir à un vaccin.

https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.