Japon: Mark Karpelès, roi français déchu du bitcoin, condamné à de la prison avec sursis

JUSTICE L'ancien administrateur de MtGox, le marché d'échange qui avait perdu pour plusieurs centaines de millions de dollars de bitcoins, a été condamné à une peine bien en deçà des réquisitions

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien roi du bitcoin Mark Karpelès en 2017 au Japon.
L'ancien roi du bitcoin Mark Karpelès en 2017 au Japon. — Shizuo Kambayashi/AP/SIPA

C’est l’un des plus gros casses de l’histoire du bitcoin. En février 2014, près de 800.000 bitcoins, valorisés à cette époque à 400 millions de dollars s’étaient évaporés dans la nature. Mark Karpelès, jeune loup français de l’Internet accusé de malversations en tant que patron de la plateforme d’échange MtGox, a été condamné vendredi par le tribunal de Tokyo à une peine de deux ans et demi de prison avec sursis.

La peine est très en deçà des dix ans de prison ferme requis par le procureur contre celui qui dirigeait jusqu’à sa faillite début 2014 la société MtGox, devenue la principale place mondiale des transactions en bitcoin.

Piste d’un piratage

Mark Karpelès, 33 ans, avait plaidé non coupable. Il comparaissait pour manipulation de données informatiques et abus de confiance aggravé : il était soupçonné d’avoir détourné des fonds commerciaux « dans le but de couvrir des frais personnels, avec manquement aux obligations découlant de sa charge », selon l’acte d’accusation. Mais il a été acquitté du chef de détournement de fonds.

Les faits reprochés à Mark Karpelès avaient été découverts en marge d’une enquête qui visait à faire la lumière sur la disparition soudaine de centaines de milliers de bitcoins. MtGox avait, selon son patron, été victime d’une attaque informatique, ce que des investigations distinctes à l’étranger tendent à confirmer.

Ses ennuis judiciaires ne sont toutefois pas terminés : aux Etats-Unis, une class-action a été enclenchée par des anciens utilisateurs, et un juge a récemment estimé que la plainte était recevable.