Le complotiste américain Alex Jones assure être censuré par YouTube (sauf que non)

CONSPIRATIONNISME Plusieurs annonceurs ont demandé à YouTube de ne plus apparaître sur sa très populaire chaîne…

O. P.-V.

— 

Alex Jones, lors de son émission diffusée à la radio et à la télévision, Alex Jones Show.
Alex Jones, lors de son émission diffusée à la radio et à la télévision, Alex Jones Show. — Capture d'écran
  • Alex Jones assure que YouTube veut fermer sa chaîne, ce que dément le site.
  • Des annonceurs ont décidé de ne plus apparaître sur son canal conspirationniste, après une vidéo polémique contre un survivant d’une fusillade.

Plus de 1,5 milliard de vues sur YouTube, et un statut de « pape de la fake news ». Alex Jones, le plus célèbre des complotistes américains, est en train de passer une sale semaine. C’est en tout cas ce qu’il assure dans un tweet très relayé cette nuit aux Etats-Unis : « La chaîne Alex Jones [sur YouTube] et ses milliards de vues est gelée. On nous a dit qu’elle sera supprimée demain et les 33.000 vidéos seront effacées ».

>> A lire aussi : Etats-Unis: Les discours du complotiste Alex Jones transformés en tube folk de l'été

À l’heure actuelle, la chaîne et ses 2,2 millions d’abonnés est pourtant toujours accessible sur le site de streaming vidéo. Un journaliste de Buzzfeed US a indiqué avoir contacté YouTube, qui a répondu n’avoir pas prévu de supprimer le canal, ajoutant que ce n’est de toute façon pas la méthode de la plate-forme de prévenir avant une suppression.

Un industriel du conspirationnisme

Alex Jones est un spécialiste des théories du complot, « l’un des premiers industriels du conspirationnisme », décrit Tristan Mendès France, enseignant au Celsa spécialisé dans les nouveaux usages numériques et le fonctionnement de l’alt right. Un filon dont Jones a fait un véritable business, en jouant sur la viralité des réseaux sociaux et sur l’attrait des annonceurs pour son énorme audience. Or YouTube a expliqué au reporter de Buzzfeed que plusieurs de ces annonceurs ont demandé à ne plus apparaître sur la chaîne du polémiste, ce que rapporte également CBS News.

Car Alex Jones a peut-être commis la théorie du complot de trop cette semaine : comme l’a rapporté Ali Baddou sur France Inter, le complotiste idole de l’alt-right s’en est pris à David Hogg, lycéen survivant de la fusillade à Parkland, en Floride, le 14 février, et symbole du mouvement actuel aux Etats-Unis contre la NRA et les armes à feu en vente libre​.

La vague des Sleeping giants & co

Alex Jones a raconté que le jeune homme était un acteur payé par la chaîne CNN et les personnes favorables aux contrôles des armes à feu. Une vidéo polémique, une de plus, qui a poussé nombre d’annonceurs à revoir leur filtre sur YouTube, demandant de ne plus être associés à InfoWars, le nom de son site.

>> A lire aussi : Pourquoi l’alt-right américaine, fascinée par le bitcoin, a pu faire fortune avec

« C’est peut-être le symptôme d’une vague qui prend de l’ampleur », ajoute Tristan Mendès France. Depuis quelques mois, le travail notamment d’activistes comme ceux de Sleeping giants, dont 20 Minutes parlait en septembre, consiste à interpeller les annonceurs conscients ou non d’apparaître sur des sites et des vidéos liés à l’extrême droite, afin qu’ils cessent de financer ces plateformes.

Une fermeture serait sans précédent pour un compte de cette taille

Alex Jones a bâti son business sur ces revenus publicitaires, via YouTube et Facebook (où il est suivi par 1,6 million d’internautes). « Il a créé une synergie entre son site InfoWars et ces réseaux pour démultiplier son audience. Il va garder une certaine visibilité pendant encore un moment, mais s’il y a bien quelque chose sur lequel Jones est sensible, c’est le portefeuille », ajoute l’enseignant du Celsa.

Par ce tweet annonçant une censure de YouTube contre lui, « Alex Jones excite sa communauté », dit encore Tristan Mendès France, qui imagine « un big bang dans l’écosystème du conspirationnisme en cas de fermeture réelle de sa chaîne ». Ou alors il n’y aura effectivement pas de fermeture de The Alex Jones Channel dans l’immédiat, et ce tweet n’aura été qu’une énième théorie du complot supplémentaire.