Sony BMG, Apple et Nokia dans les starting blocks pour un forfait de musique mensuel

AA

— 

Le chiffre d'affaires de la musique a reculé de 3% dans le monde en 2005, la forte croissance du téléchargement légal ne parvenant pas à compenser le déclin des ventes de disques, selon des chiffres officiels publiés vendredi.
Le chiffre d'affaires de la musique a reculé de 3% dans le monde en 2005, la forte croissance du téléchargement légal ne parvenant pas à compenser le déclin des ventes de disques, selon des chiffres officiels publiés vendredi. — Oliver Stratmann AFP/DDP/Archives

Un forfait pour écouter de la musique en ligne? Trois firmes, la maison de disque Sony BMG, Apple, et le fabricant de téléphones Nokia, y pensent.

«La variante la plus simple serait un forfait illimité qui, contre un paiement mensuel (entre 6 et 8 euros, ndlr), ouvrirait tout notre catalogue musical pour l'ensemble des lecteurs numériques, y compris l'iPod», a annoncé mardi Rolf Schmidt-Holtz, le patron de Sony BMG.

Pour l’instant, cette formule n’est encore qu’un projet mais pourrait être mise en place dès cet été. Sony BMG envisage que ses clients «puissent conserver indéfiniment certains titres, dont ils resteraient propriétaires même après la fin de l'abonnement». Pas de fichiers qui s’autodétruisent, donc. Une idée pourtant en vogue. En effet, le groupe de métal Iron Maiden mettra bientôt (le 12 mai prochain) en ligne un album best of, «Somewhere Back In Time», téléchargeable gratuitement mais qui, au bout de trois lectures, se désintègrera.

La concurrence sera rude

L’annonce de Sony BMG fait écho à d’autres idées lancées par Apple et par Nokia, qui proposeraient des offres similiaires pour enrayer la multiplication des fichiers sur les réseaux de téléchargement illégaux.
Tous les titres du catalogue iTunes seraient ainsi disponibles pour les heureux détenteurs d’un iPod ou d’un iPhone. Selon le Financial Times, Apple ferait ainsi payer 8 dollars (5 euros) de plus à l’achat de ces appareils (plus un abonnement mensuel de 7 à 8 dollars, soit environ 4 ou 5 euros) et reverserait aux maisons de disques 20 dollars (environ 13 dollars) par iPod/iPhone vendu.

Du côté de Nokia, les prix ne sont pas les mêmes: le fabricant de téléphones portable, qui a lancé sa propre plateforme de téléchargement illimité, prévoit de payer aux ayants droits 80 dollars par téléphone acheté.

Et vous, seriez-vous intéressé par ces offres?