Les 10 mèmes qui ont rendu Internet merveilleux en 2017

TROLL Tour d’horizon des mèmes qui ont marqué l’année 2017…

— 

Le mème du boucher turc avec Philippe Poutou.
Le mème du boucher turc avec Philippe Poutou. — Facebook @Fan 2 Philippe Poutou

Ils vous ont fait rire, permis de troller vos potes et fait briller en société (enfin, sur Twitter)... Ce sont, ce sont... : les mèmes de 2017 ! Cette année, ils étaient variés, drôles et WTF parfois aussi. Petit retour sur ce grand cru.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron se fait hélitreuiller et devient le James Bond des Américains (et un mème Internet)

1. Le boucher turc et son salage de viande

Il s’appelle Nusret Gökçe, il est turc, il est boucher et il est surtout très très classe. Ce dernier s’est fait connaître grâce à ses vidéos sur Instagram et notamment sa façon ultra-stylée d’assaisonner sa viande.

Le boucher turc Nusret Gökçe.
Le boucher turc Nusret Gökçe. - Twitter @elBeardedBandit

« Vous VS le gars pour lequel elle vous dit de ne pas vous inquiéter »

2. « Tu peux pas… Si… »

Cela marche dans à peu près toutes les situations compliquées et surtout le déni. « Tu ne peux pas être cocu, si tu n’es pas en couple », « tu ne peux pas te faire virer, si tu n’as pas de boulot », « tu ne peux pas être à découvert, si tu ne checkes pas ton compte ». Bref vous avez compris le principe.

Mème de l'année 2017 : Roll Safe
Mème de l'année 2017 : Roll Safe - Twitter

3. L’homme circonspect

Pour quand on est circonspect.

4. Bob l’éponge moqueur

L’image : Bob l’éponge avec une tête débile. Le principe : citer quelqu’un, et reprendre sa phrase en accentuant une lettre sur deux. Objectif : décrédibiliser la personne, s’en moquer.

Les mèmes de 2017 : Mocking SpongeBob
Les mèmes de 2017 : Mocking SpongeBob - Twitter @DaniLevyyy

« Un Américain : J’ai besoin d’une assurance santé car j’ai un cancer et je suis en train de mourir. Les Républicains : J' Ai BeSoIn d’UnE aSsUrAnCe SaNtE cAr J’aI uN cAnCeR eT jE sUiS eN tRaIn De MoUrIr. »

5. Meryl Streep hurlant

Plus subtil, la photo de Meryl Streep  en train de crier, permet d’illustrer une sorte de duo imaginaire entre un chanteur et vous qui répondez en hurlant. Comme à un concert. Ou bourré au karaoké, cela dépend des écoles et des portefeuilles. Ci-contre, le mème à l’origine de tout, avec l’interprétation originale de Work it de Missy Elliott.

6. La coupe de cheveux du singe

Ne cherchez pas de sens. Le but est simplement d’intégrer au mieux ce petit singe en train de se faire coiffer, dans n’importe quelle photo, tableau, dessin, vidéo…

7. Cerveaux en développement

Son utilisation est assez large puisqu’il peut autant illustrer l’évolution absurde d’un discours politique, d’un jeu vidéo ou d’une pizza hawaïenne.

Les mèmes de 2017 : Expanding brain
Les mèmes de 2017 : Expanding brain - Twitter

8. Le copain distrait

Certaines banques d’images semblent avoir pour objectif d’absolument tout illustrer, quitte à devenir parfois malaisantes, mais ceci est un autre sujet. En 2017, c’est une photo montrant un homme en couple attiré par une autre femme qui a complètement fait disjoncter (oui madame, « disjoncter ») Internet.

>> A lire aussi : Un internaute imagine une fiction à partir du «distracted boyfriend»

9. Beyoncé passe commande

On ne refuse rien à Beyoncé. Encore moins lorsqu’elle est enceinte de jumeaux. Ce mème de la diva en train de passer commande au restaurant ne sert qu’à illustrer les envies et les potentiels extravagants désirs de la star. Ci-contre le tweet avec lequel tout a commencé.

Les mèmes 2017 : Beyoncé Reading Menu
Les mèmes 2017 : Beyoncé Reading Menu - Twitter @animalfriespls

« Moi, en tant que Beyoncé, je vais simplement prendre une eau glacée vegan. Les jumeaux veulent eux du poulet frit, des nuggets, des frites, un mac & cheese, des haricots rouges avec du riz. »

10. Trump of course

Quand Donald Trump signe des documents officiels, il a pour habitude de les montrer ensuite face caméra. Evidemment avec un petit montage, c’est bien plus amusant. Là encore ça ne sert à rien. Juste à se moquer.