Bordeaux: Une application pour créer votre propre journal, magazine ou dépliant

APPLICATION Près de 250 utilisateurs ont déjà eu recours à Cinquième de Couv en l’espace de quelques mois…

Clément Carpentier

— 

On peut créer un journal, un magazine ou encore un dépliant.
On peut créer un journal, un magazine ou encore un dépliant. — Capture écran - Cinquième de Couv
  • Cette application Web bordelaise aide ses utilisateurs à mieux communiquer.
  • Chacun organise sa maquette comme il le souhaite à travers les 12 formats proposés.
  • Un coût attirant pour les petits budgets.

« Ça a vraiment de la gueule ! » On peut dire que Raphaël Alvarez semble particulièrement satisfait de son journal créé grâce à Cinquième de Couv. Ce membre d’une association de musique y a eu recours, il y a quelques semaines, pour communiquer sur le bilan annuel de celle-ci. « C’est exactement pour ce genre de gens que j’ai développé cette application Web. Je voulais aider les PME, PMI, associations, collectivités, mairies ou encore comités d’entreprise à améliorer leur communication car ils n’ont souvent pas le budget ou le temps pour le faire », explique Mickael Soumagnac, son fondateur.

Tout se passe sur l'application web.
Tout se passe sur l'application web. - Capture écran - Cinquième de Couv

Ce Bordelais de 30 ans, propriétaire d’une agence de com', a donc lancé Cinquième de Couv en mai dernier. Depuis, plus de 250 utilisateurs ont élaboré 3.500 projets sur l’application et une centaine a déjà vu le jour. À en croire Mickael Soumagnac, « il y a une vraie demande. Beaucoup bricolent pour créer leur propre journal, magazine ou même simple dépliant et le résultat est la plupart du temps très moyen. Là, vous pouvez fabriquer des exemplaires très pros en l’espace de quelques clics. »

Il y a au choix 12 formats différents.
Il y a au choix 12 formats différents. - Capture écran - Cinquième de Couv

>> A lire aussi : Miaaam... Elle vous livre votre fromage à domicile dans des box (et ça ne pue pas!)

C’est du sur-mesure pour communiquer 

Une chose qu’a entrepris de faire Raphaël pour Permis de Jouer : « En plus, on peut faire une simulation sans dépenser un euro. Ça nous donne une première idée et après si on est content, on se lance vraiment. » Les utilisateurs choisissent entre 12 formats différents, puis c’est libre dans l’organisation de la maquette. « On peut mettre des interviews, des photos, un agenda, etc. C’est hypersouple », souligne le musicien, installé à Tauriac en Gironde.

Il y a au choix 12 formats différents.
Il y a au choix 12 formats différents. - Capture écran - Cinquième de Couv

Une offre sur-mesure qui a déjà séduit de grandes entreprises françaises comme EDF ou PSA. « Les gens peuvent faire appel à un conseiller à n’importe quel moment de la fabrication. On travaille aussi sur des vidéos tutorielles », ajoute Mickael Soumagnac. On peut imprimer de 50 à 35.000 exemplaires selon les besoins de chacun.

>> A lire aussi : Ze-coloc, l’application bordelaise qui sauve votre colocation (argent, tâches ménagères…)

Une facture divisée par deux voire trois

L’autre atout de Cinquième de Couv pour Raphaël, c’est son coût : « Pour un journal de 12 pages développé à 500 exemplaires, on a dépensé 420 euros. C’est-à-dire, moins d’un euro par exemplaire. Avec une agence de communication ou un graphiste, on en aurait eu pour le double voire le triple. » Son journal a d’ailleurs tapé dans l’œil du maire de la commune qui envisage maintenant de s’appuyer sur l’application bordelaise pour communiquer sur l’actualité du village.

Exemple de création d'un journal.
Exemple de création d'un journal. - Capture écran - Cinquième de Couv

Les journaux, les magazines et les dépliants sont imprimés sous une semaine. Mickael Soumagnac vise les 700 commandes pour 2018 notamment en se tournant aussi vers les indépendants comme les architectes ou les acteurs du monde culturel pour l’annonce de saison, par exemple.