VIDÉO. Robots sexuels, la quête de l'hyperréalisme

SEXE Depuis la première poupée sexuelle lancée en 2010, les inventeurs cherchent à créer des robots plus vrais que nature... 

A.B.

— 

Les poupées sextoys se démocratisent en Chine, pays où il y a plus d'hommes que de femmes
Les poupées sextoys se démocratisent en Chine, pays où il y a plus d'hommes que de femmes — HAP/Quirky China News //REX/

L’année 2018 rimera-t-elle avec une explosion des robots sexuels ? RealDoll, une entreprise américaine, a annoncé la sortie prochaine de poupées sexuelles connectées et animées pour l’an prochain.

Nommée « Harmony », cette « love doll » peut être personnalisée : chevelure, âge, visage, morphologie, vêtements, voix et même personnalité sont à la carte. Toujours plus réalistes, les robots coûtent entre 5 000 et 13 000 euros. Un marché porteur qui pousse d’autres sociétés du monde entier à rivaliser d’inventivité.

Si la dynamique semble enclenchée,les débats éthiques font rage. Certains de ces automates ont en effet créé la polémique. L’entreprise américaine TrueCompanion, qui commercialise des robots sexuels dotés d’une intelligence artificielle, a mis au point un modèle capable de simuler une situation de viol. Cette « innovation » a aussitôt déclenché de vives critiques aux États-Unis.