Le nouveau directeur de la communication de la Maison-Blanche a effacé ses tweets anti-Trump

MALAISE Pas question de déplaire à son nouveau patron...

L.Br. avec AFP

— 

Anthony Scaramucci en janvier 2017.
Anthony Scaramucci en janvier 2017. — Albin Lohr-Jones/CNP/AdMe/SIPA

Fan d’Obama et de Clinton, pro mariage gay, contre le mur entre le Mexique et les Etats-Unis… Anthony Scaramucci n’a pas un passé très Républicain sur Twitter. Le nouveau Directeur de la communication de la Maison Blanche a annoncé samedi qu’il venait d’effacer tous les tweets dans lesquels il critiquait ces derniers mois la politique de Donald Trump. Mais Anthony, Internet n’oublie jamais…

A la lecture des anciens tweets de son nouveau dircom, on a du mal à comprendre le choix de Donald Trump. « C’est un homme bizarre. Si intelligent mais sans opinion », a déclaré Anthony Scaramucci à propos de son futur patron en février 2012, dans un tweet exhumé par le Daily Beast.

Dans un nouveau post publié ce samedi, il a annoncé qu’il ferait un grand ménage dans les tweets anti-Trump de son compte Twitter.

« Je suis juste choqué qu’il ne les ait pas supprimés plus tôt », a déclaré le journaliste freelance Josh Billinson au Daily Beast. « Qu’il ait pu être sélectionné pour devenir directeur de la communication, sans même penser à vérifier ce qu’il a dit publiquement sur Trump dans le passé me stupéfie. »

On comprend la gêne : à propos d’Hillary Clinton, il écrivait en 2012 : « J’espère qu’elle va candidater [en 2016], elle est incroyablement compétente. La candidature d’Hillary rend tout le monde meilleur. » Scaramucci avait aussi publié un tweet dans lequel il semblait nettement plus proche des Démocrates, se disant « pour le mariage gay, contre la peine de mort et pour l’avortement ».

Il finance les campagnes d’Obama et de Clinton

En 2016, à propos des déclarations de Trump sur les migrants, bien avant le Muslim Ban, il reprenait sur Twitter les propos de David Cameron, à l’époque où il était encore Premier ministre britannique : « [Trump] fait une erreur fondamentale en accusant l’Islam et tous les musulmans pour les idéologies et les actions d’une minorité. C’est un combat à l’intérieur de l’Islam, une majorité écrasante voit l’Islam comme une religion de paix, veut vivre dans des démocraties multiraciales, multiethniques et aux multiples croyances. » Il s’est également prononcé contre le mur entre le Mexique et les Etats-Unis.

Ce financier, milliardaire, a réussi à la Bourse de Wall Street et possède un carnet d’adresses digne des plus grands. En 2008, il donne 5.600 dollars à la campagne d’Obama et 4.600 dollars à Hillary Clinton. Puis, il change de crémerie et devient trésorier de la campagne électorale du Républicain Mitt Romney en 2012. Il n’a jamais caché son envie de rejoindre l’administration Trump. Depuis quelques semaines, il n’avait de cesse de défendre le président américain, attaqué de toutes parts à la suite des révélations sur les ingérences russes. Aujourd’hui, c’est chose faite.