VIDEO. Polémique ONPC: Najat Vallaud-Belkacem a-t-elle réformé l'orthographe?

DESINTOX L’échange tendu entre Vanessa Burggraf et l’ex-ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem sur le plateau d'« On n’est pas couché » ce samedi a créé la polémique. « 20 Minutes » démêle le vrai du faux…

Dorian Debals

— 

La désormais ex-ministre de l'Education est très souvent visée par des «fake news»
La désormais ex-ministre de l'Education est très souvent visée par des «fake news» — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • La chroniqueuse Vanessa Burggraf a accusé l’ancienne ministre d’avoir initié une réforme de l’orthographe
  • Elle s’est vu répondre qu’elle relayait une « fake news »
  • La réalité est bien plus complexe

Une séquence de l'émission « On n'est pas couché » ce samedi a fait réagir de nombreux internautes. La journaliste maison Vanessa Burggraf, qui a multiplié les intoxs, a accusé Najat Vallaud-Belkacem d'avoir porté une prétendue réforme de l'orthographe lors de son passage rue de Grenelle en se basant notamment sur son ressenti de mère : 

« Dans la classe de ma fille, on enlève les petits tirets. Et le mot "oignon" s’écrit o-i-g-n-o-n. On l’écrit o-g-n-o-n. […] Donc, vous n’avez pas fait la réforme de l’orthographe ? Tout ça, c’était un mensonge ? »

L'ancienne ministre lui a répondu : « Je n’ai jamais mené de réforme de l’orthographe, c’est une « fake news ».

Elle s'en défendait déjà une dans une tribune au Monde en février 2016. Son ancienne cheffe de cabinet a relayé sa prise de position sur Twitter.

Qu'en est-il vraiment ? 20 Minutes fait le point.

1) Un rapport de l'Académie Française de 1990

Aux origines de l'incompréhension, un rapport de l'Académie française daté de 1990. Maurice Druon, alors secrétaire perpétuel de la prestigieuse institution, remet au Conseil supérieur de la langue française un document où des corrections orthographiques sont proposées. On y trouve notamment une nouvelle orthographe des mots « oignon » ou encore « nénuphar » dont on a beaucoup parlé en 2016.

Capture d'écran d'une partie du rapport de l'Académie Française de 1990
Capture d'écran d'une partie du rapport de l'Académie Française de 1990 - DR

2) Pas de réforme mais une application du rapport en 2008 puis 2016

Cela fait donc 26 ans qu'il est possible d'enseigner l'orthographe rectifiée. Aucune réforme de l'orthographe n'a été implémentée depuis, ni par la ministre Vallaud-Belkacem, ni par ses prédécesseurs. Mais l'année dernière plusieurs éditeurs de manuels scolaires décident d'appliquer ces recommandations. Comme l'indique une note de blog du site de Marianne, Arrêt sur Images y consacrait alors une enquête et  citait une responsable du département primaire des éditions Bordas, partenaire de l'Education nationale pour l'impression des manuels.

Elle leur expliquait que Bordas n'avait pas pris en compte l'orthographe rectifiée en 2008 dans leurs manuels, à l'inverse de Hatier par exemple, car « les programmes eux-mêmes n'étaient pas rédigés en orthographe rectifiée ». Arrêt sur Images se demande alors pourquoi Bordas et Nathan ont changé d'avis en 2016. « Les programmes, ainsi que les documents émanant du ministère ont été écrits en orthographe rectifiée. On s'est donc dit qu'il y avait ,cette fois-ci, une cohérence », poursuit la responsable de chez Bordas.

>> A lire aussi : VIDÉO. Vanessa Burggraf se fait corriger sur les réseaux sociaux après sa «fake news» sur l'orthographe

Qui précise : « En juin/juillet, les groupes d'experts du Conseil Supérieur des Programmes nous ont sensibilisé sur le sujet. » Un CSP placé auprès du ministre de l'Education nationale et qui travaille sur saisine du ministère ou s'auto-saisit. Il est ainsi inexact de dire que Najat Vallaud-Belkacem a initié une véritable réforme de l'orthographe. Mais l'application en 2016 de la préconisation des sages de l'Académie n'est pas une « fake news ». Le choix de l'orthographe est de toute façon laissé aux enseignants et aux élèves. Les deux sont désormais admis : il y en a donc pour tous les goûts/gouts.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.