Le Britannique qui a stoppé la cyberattaque mondiale se voit récompensé de 10.000 dollars et d’un an de pizzas

CYBERATTAQUE Ce petit génie de l’informatique avait découvert par hasard une procédure d’urgence mettant fin à la propagation du logiciel malveillant WannaCrypt…

Fabrice Pouliquen

— 

Un chat avec des grosses lunettes. Tel est l'avatar  choisi par Malwaretech sur Twitter.
Un chat avec des grosses lunettes. Tel est l'avatar choisi par Malwaretech sur Twitter. — Capture d'écran / Twitter
  • Dimanche 14 mai 2017, un Britannique est parvenu à stopper la propagation du logiciel malveillant WannaCrypt, un peu par hasard.
  • Une plateforme de hacking éthique lui a offert 10.000 dollars en récompense tandis qu’une société de livraison de repas à domicile lui a promis un an de pizzas gratuites.

Dix mille dollars et un an de pizzas gratuites. MalwareTech sera finalement récompensé de sa prouesse du week-end dernier.

Ce Britannique de 22 ans a permis de stopper la propagation de WannaCrypt, un logiciel rançon lancé vendredi 12 mai et qui a infecté près de 200.000 systèmes informatiques en verrouillant des fichiers avant d’exiger le paiement d’une rançon de 300 dollars.

10,69 dollars investis… qui deviennent 10.000 $

MalwareTech, dont on ne connaît que l’avatar sur Twitter (le jeune homme préférant rester dans l’anonymat), a découvert tout à fait par hasard cette faille dans WannaCrypt. En mettant le nez dans le code du logiciel, le Britannique remarque la présence d’un nom de domaine en «. com » composé d’une quarantaine de caractères sans aucun sens. Remarquant qu'il n’appartenait à personne, Malwaretech l’a acheté pour 10,69 dollars (9,78 euros) ce qui a eu pour effet d’actionner une procédure d’urgence (un kill switch) mettant un coup d’arrêt à la cyberattaque.

>> Lire aussi: Le rançongiciel Wannacry lié à la Corée du Nord?

Ce héros involontaire, comme il se définit lui-même, méritait tout de même une récompense. C’est chose faite, rapporte le site Internet Numerama.  HackerOne, plateforme de hacking éthique sur laquelle tout signalement de faille est récompensé, en général par de l’argent, a fait savoir qu’elle verserait la somme de 10.000 dollars.

Un an de prison en prime

Peu de temps après, c’est Just Eat, l’équivalent britannique d’AlloResto, qui annonçait offrir un an de pizzas gratuites à MalwareTech. Un clin d’œil à l’emballement médiatique au milieu duquel ce Britannique s’est retrouvé depuis ce week-end. N’y goûtant que modérément, il s’était étonné de tomber sur des articles de presse consacrés à son amour des pizzas.

Il y a fort à parier que MalwareTech profitera de son abonnement à Just Eat. Quant aux 10.000 dollars, le jeune chercheur en cybersécurité a d’ores et déjà annoncé qu’il prévoit de diviser la somme entre des organismes de bienfaisance et d’éducation. « Je prévois d’acheter des livres sur la sécurité informatique pour les donner à des étudiants qui ne peuvent pas se le permettre », précise-t-il sur Twitter.