Le musée d'Orsay (encore) accusé de discrimination contre les élèves de ZEP

CULTURE La clause en question a été révélée par un internaute sur Twitter…

H.S. avec AFP

— 

Illustration du Musée d'Orsay.
Illustration du Musée d'Orsay. — LOIC VENANCE / AFP

Le Musée d’Orsay pris en flagrant délit de récidive. Vendredi, un internaute a publié sur le réseau social Twitter une capture d’écran réalisée sur le site officiel du musée. Sur l’image, il est précisé que les groupes scolaires d’éducation prioritaire (ZEP ou REP) ne peuvent excéder 20 élèves. Pour les autres en revanche, le chiffre monte à 30 élèves.

« Pourquoi 20 élèves en ZEP autorisés à la fois, plutôt que les 30 pour les autres établissements ? », s’interroge l’utilisateur de Twitter. Une interrogation légitime qui intervient quatre mois après une première polémique née sur les réseaux sociaux. Début décembre, une enseignante d’un lycée de Stains s’était plainte que ses élèves aient été réprimandés par un gardien du musée d’Orsay. Mais la direction avait assuré qu’il s’était contenté de les rappeler à l’ordre parce qu’ils étaient trop bruyants.

>> A lire aussi : «Fermez vos gueules!», une prof et ses élèves de Zep malmenés au musée d’Orsay

L’image serait remontée jusqu’aux ministères de la Culture et de l’Education révélait ce samedi le site du ParisienSur Twitter, Audrey Azoulay a expliqué avoir demandé au musée « de s’assurer de l’accueil de tous les élèves de tous les établissements scolaires dans les mêmes conditions ». Najat Vallaud-Balkacem a exigé de son côté le « retrait rapide de cette clause discriminatoire et inacceptable ».

Dès vendredi soir, le Musée d’Orsay a expliqué qu’il s’agissait « d’une mention erronée » et que cette limitation du nombre d’élèves n’était pas appliquée. Quelques minutes plus tard, la clause disparaissait du site. Cette polémique intervient cinq jours après l’appel contre « les discriminations en sorties scolaires » lancé par une enseignante de Seine-Saint-Denis pour inciter les professeurs à porter plainte. L’initiative a rencontré un certain écho dans la communauté éducative.