Voitures autonomes: Intel mise gros avec le rachat record de Mobileye

TECHNOLOGIE Le géant américain met la main sur cette pépite israélienne pour 15 milliards de dollars...

P.B. avec AFP

— 

Les patrons d'Intel, Brian Krzanich, de BMW, Harald Krueger et de Mobileye, Amnon Shashua, à Munich, le 1er juillet 2016.
Les patrons d'Intel, Brian Krzanich, de BMW, Harald Krueger et de Mobileye, Amnon Shashua, à Munich, le 1er juillet 2016. — CHRISTOF STACHE / AFP

Intel avait le cerveau, il s’achète des yeux. Le géant américain des microprocesseurs affirme ses ambitions sur le front des voitures autonomes avec le rachat de l’Israélien Mobileye, spécialisé dans la vision artificielle, pour 15 milliards de dollars. Il s’agit d’un montant record pour la reprise d’une société israélienne technologique par un partenaire étranger.

Créée en 1999, Mobileye revendique la place de leader des systèmes anti-collisions grâce à ses algorithmes capables d’interpréter les informations fournies par une caméra. La société est surtout connue des automobilistes pour son système qui émet des bips lorsque leur voiture s’approche de trop près d’un autre véhicule, d’un piéton ou d’un deux-roues ou franchit par inadvertance une ligne sur les routes à plusieurs voies. La société a conclu de nombreux accords avec des constructeurs, dont un partenariat stratégique sur le traitement d’image en temps réel avec Volkswagen.

Intel estime que l’ensemble des systèmes de données et des services sur ce secteur devrait représenter un marché dépassant les 70 milliards de dollars en 2030.

Un partenariat avec BMW

Le constructeur allemand BMW prévoit de son côté de mettre une flotte de test de 40 véhicules autonomes sur les routes d’ici le deuxième semestre 2017, dans le cadre de l’alliance qu’il a annoncée l’été dernier avec Intel et Mobileye. BMW a également exprimé son intention de produire en série un véhicule pleinement autonome d’ici à 2021, avec la BMW iNext, futur véhicule du fabricant bavarois.

Mobileye avait aussi annoncé en août une alliance avec l’équipementier automobile basé en Angleterre Delphi, en vue de développer un système de conduite automatique qui serait à la disposition des constructeurs automobiles en 2019.

Intel est très bien implanté en Israël depuis l’ouverture à Jaffa en 1974 de son premier centre de développement. En avril 2014, le groupe a annoncé un investissement de 4,1 milliards d’euros pour moderniser son usine de microprocesseurs à Kiryat Gat, dans le sud d’Israël. La sécurité est l’un des arguments mis en avant par les défenseurs de la voiture sans conducteur. D’après une étude récente parue dans la revue américaine Science, l’adoption généralisée de voitures autonomes pourrait éliminer jusqu’à 90 % des accidents de la circulation. Mais elle soulèverait également des dilemmes éthiques, comme celui de savoir si le véhicule doit sacrifier ses occupants pour éviter la collision avec des piétons.