«Violent Delights»: Le film inspiré des attentats du 13 novembre indigne les internautes

CINÉMA Un peu plus d’un an après les attaques à Paris et Saint-Denis, une réalisatrice américaine a décidé de s’inspirer des faits pour son tout premier film…

Marie de Fournas

— 

Jack Kilmer devrait inetrpréter le premier rôle de
Jack Kilmer devrait inetrpréter le premier rôle de — MediaPunch/REX/REX/SIPA

Non merci, ça ira. On ne l’attendait pas si tôt et encore moins venu des États-Unis, mais ça y est : les attaques meurtrières du 13 novembre devraient être adaptées au cinéma. Et celle qui se lance le défi de réaliser ce filmà peine plus d’un an après les faits, est l’Américaine Rachel Palumbo. Elle n’a encore aucun long-métrage à son actif, mais se lance tout de même sur ce sujet périlleux, toujours très sensible et douloureux pour les Français. Comble de la finesse, le film s’appelle : Violent Delights, comprenez « violents délices » ou « violentes réjouissances ». Pas sûr que beaucoup de monde ait vécu cette nuit d’horreur ainsi…

« Idées de merde »

Évidemment, sur Twitter, les réactions ne se sont pas fait attendre. « Adapter les attentats de Paris ? Hum… J’attends que Dany Boon adapte le 11 septembre, on va rire », « Là j’ai les nerfs » et autres : « Idées de merde », ont fleuri sur les réseaux.

Violent delights se concentrera sur le parcours d’un groupe d’étudiants en art et de musiciens se retrouvant au cœur d’une attaque terroriste à Paris. Une histoire ouvertement inspirée des faits réels de novembre 2015. Le premier rôle doit être interprété par Jack Kilmer, qui a déjà joué avec Ryan Gosling dans The Nice Guys. Timur Magomedgadzhiev, connu pour son rôle aux côtés de Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit, fait également partie du casting.

>>À lire aussi: Le 13-Novembre, un an après : Les attentats en BD, une fausse bonne idée ?

Traiter d’un drame aussi lourd au cinéma n’est pas chose aisée. Oliver Stone et Paul Greengrass l’ont pourtant fait pour les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis avec respectivement World Trade Center et Vol 93. La différence, c’est qu’ils l’ont fait plus de quatre ans après le drame et avaient déjà une grande carrière cinématographique derrière eux…