iPhone ou le début d'une nouvelle ère

David Carzon, Christophe Joly - ©2007 20 minutes

— 

C'est une première, jamais un téléphone mobile n'a bénéficié d'un tel lancement et d'un tel engouement. Pour l'iPhone, Orange, distributeur exclusif du mobile Apple, a sorti le grand jeu. Dès ce soir 18 h 30, douze boutiques dans les plus grandes villes de France resteront ouvertes jusqu'à 2 h du matin pour servir les premiers fans, dont 62 000 se sont déjà inscrits sur Internet. Alors, feu de paille ou début d'une nouvelle ère ? Clairement, la sortie du portable Apple a donné un coup de fouet dans le monde ronronnant de la téléphonie mobile. « Il s'est passé quelque chose pour les constructeurs, qui vont s'en inspirer, et les opérateurs, qui voient là une icône pour propulser le multimédia sur mobile », confirme Agnès Carpentier, rédactrice en chef adjointe de Mobile Magazine. « Avec l'arrivée de l'iPhone, on parle d'autre chose que de téléphoner, reconnaît d'ailleurs David Mignot, directeur marketing de Sony Ericsson France. Cela nous amène à rendre les choses plus simples, notamment se connecter à Internet avec un portable. Il donne aussi une dimension affective au produit. »

« Se pose la question de son prix, avec des caractéristiques techniques en deçà de la concurrence, pondère Thanh Huyng, analyste à l'institut GfK, sachant que le prix moyen d'un mobile avec subvention est de 80 euros. L'effet Apple va jouer, mais attendons de voir. » Sony Ericsson n'a pas attendu l'arrivée de ce nouveau rival pour réagir, misant sur la musique et sa marque Walkman. La réponse de Nokia se nomme N95, mobile doté de fonctionnalités avancées (musique, vidéo, jeux...) et d'un accès à la 3G/3G+, alors que l'iPhone ne fonctionne que sur le réseau Edge, moins rapide. Ce qui posera, selon ses concurrents, un problème à la marque à la pomme pour conquérir l'Europe. « Avec la 3G, il aurait fallu recharger l'iPhone deux fois par jour, ce qui n'est pas acceptable », répond-on chez Apple en admettant y travailler.

Côté opérateurs, puisqu'Orange a raflé le marché de l'iPhone, SFR a dégainé ses forfaits illimités, baptisés « Illimythics », pour accéder au Web, associés à des offres commerciales agressives sur des nouvelles générations de téléphones mobiles. Avec la même idée, Bouygues Telecom a lancé la semaine dernière des forfaits analogues avec Blackberry. Pas question de laisser le champ libre de l'Internet mobile à Orange et Apple.