Sans titre 197364

- ©2007 20 minutes

— 

Laurent Bainier, réd. en chef technique adjoint

D'abord, j'ai eu l'envie irrésistible de frimer dans le métro ou au resto, en sortant la bête. Et puis, comme personne ne remarquait l'iPhone, assez discret, ni son utilisateur, je me suis recentré sur l'appareil.

Et sur ma main.

Mon pouce, spécialisé dans la rédaction de SMS, s'est fait voler la vedette.

Pour surfer (l'écran reste trop petit), prendre des photos (malheureusement pas de vidéos), naviguer sur iTunes ou chercher

une Google Map, on lui préférera l'index ou

le majeur. La navigation façon Minority Report est hyper agréable. En revanche, soit le clavier tactile est trop petit, soit mon medius a gonflé,

mais j'ai beaucoup de mal à taper sans coquilles. Et sans laisser de trace. L'écran sale en permanence, c'est pas top ! Au final,

mon iPhone s'entend mieux avec ma peau

de chamois qu'avec ma Freebox. Impossible de naviguer en wi-fi chez moi. Malgré tout ça, je suis à deux doigts de craquer.