Affiche de prévention du sida : Des internautes pointent les incohérences et erreurs des détracteurs

POLEMIQUE Les affiches montrant des hommes s’enlaçant sont enlevées ce mercredi des panneaux d’affichage JCDecaux. Comme prévu. Mais, sur le Net, le débat continue…

Fabrice Pouliquen

— 

A l'arrêt de tram de l'internaute Angle Droit, cette affiche Aubade aurait remplacé celle de la campagne de prévention contre les MST, lancée par le gouvernement
A l'arrêt de tram de l'internaute Angle Droit, cette affiche Aubade aurait remplacé celle de la campagne de prévention contre les MST, lancée par le gouvernement — Capture d'écran / Twitter

C’est une campagne de communication qui a fait beaucoup de bruit. Même encore ce mercredi alors que les affiches sont retirées des panneaux JCDecaux un peu partout en France. Comme prévu. Lancée le 6 novembre par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, cette campagne de prévention contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) montre des couples d’hommes s’enlaçant avec des messages tels que « Aimer, s’éclater, s’oublier. Les situations varient. Les modes de protection aussi. »

De quoi mettre vent debout des associations familiales catholiques, La Manif pour tous, mais aussi une dizaine de maires de droite qui ont pris des arrêtés pour faire retirer les affiches.

Alors que des affiches commencent à être retirées et que des opposants à cette campagne crient victoire, des internautes ont profité de Twitter pour pointer des incohérences et rétablir des vérités.

Une campagne plus osée sous Fillon ?

La première concerne François Fillon, le candidat arrivé en tête dimanche soir du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Son entourage s’est dit choqué par ces affiches. La députée LR Isabelle Le Callennec, membre du mouvement Les femmes avec Fillon, a notamment sous-entendu que la campagne « incite » à l’homosexualité.

François Benoiton, collaborateur parlementaire du député PS Luc Belot (Maine-et-Loire) a alors posté sur le réseau social, ce mercredi après-midi, une affiche d’une autre campagne de prévention contre le VIH, lancée avec l’aval du gouvernement peu avant le 1er décembre 2007 pour annoncer la Journée mondiale de lutte contre le sida. L’affiche était plus osée encore puisqu’elle montrait deux hommes nus s’enlaçant dans un lit. Pourtant, à cette date, le Premier ministre, c’était François Fillon.

Pas mieux que la pub Aubade ?

Un autre internaute, alias Angle Droit sur Twitter, pointe une nouvelle incohérence à ses yeux. Il a posté ce mercredi après-midi une affiche publicitaire de la marque de lingerie Aubade montrant le postérieur d’une femme en lingerie sexy avec pour légende « leçon n°175 : le détourner du vrai chemin ». Angle Droit assure alors que « l’affiche de prévention contre le VIH a été remplacée sur [son] arrêt de tram par celle d’Aubade ». « Celle-ci respecte mieux les bonnes mœurs je suppose », précise-t-il avec ironie.

L’information est difficilement vérifiable, mais l’affiche existe bel et bien et il est vrai qu’ Aubade s’est fait connaître pour ses affiches sexy placardées sur les arrêts de bus, de métro ou de tram sans que cela n’ait suscité de polémique.

Dans le même genre, il y a aussi la comparaison que fait Léonie :

« Une victoire du peuple » ?

Enfin, toujours sur Twitter, un journaliste de France 3 Midi-Pyrénées réagit, lui, à un post de la section tarnaise du Front national se félicitant du retrait des affiches ce mercredi matin dans la ville de Castres. « Les affiches sont retirées, le peuple gagne encore », écrivait alors le Front national. « Les affiches sont retirées, car c’est aujourd’hui la fin de la campagne », précise alors le journaliste de France 3.

Santé publique France, l’agence nationale de santé qui a piloté cette campagne de communication, confirme. « La campagne comptait plusieurs volets dont une campagne d’affichage sur des panneaux JCDecaux qui se termine ce mercredi soir, précise-t-on à Santé publique France. L’enlèvement des affiches a commencé ce mercredi matin dans certaines villes. Mais c’était comme prévu. »