VIDÉO. Les internautes trollent Kanye West après son soutien à Trump en plein concert

PEOPOLITIQUE Le rappeur a déclaré lors d’un concert à San José en Californie, qu’il aurait voté en faveur de Donald Trump s’il avait participé au scrutin…

H.S.
— 
Kanye West en concert à Toronto (Canada), le 26 juillet 2015.
Kanye West en concert à Toronto (Canada), le 26 juillet 2015. — Julio Cortez/AP/SIPA

Amateur de polémiques et friand de déclarations fracassantes, le rappeur américain Kanye West est servi. Vingt-quatre heures après son soutien au nouveau Président des Etats-Unis, Donald Trump, lors d’un concert en Californie, le chanteur essuie une pluie de critiques de la part de ses fans, visiblement peu séduits par le magnat de l’immobilier républicain.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine: Kanye West aurait voté Donald Trump (s'il avait voté)

Face aux sifflets, et à quelques applaudissements, Kanye West s’est justifié en expliquant qu’il avait trouvé l’approche et la campagne du candidat républicain « absolument géniales, parce qu’elles ont fonctionné ». Il a ensuite exhorté la population noire à arrêter d’être obsédée par le racisme et d’accepter que les Etats-Unis étaient un pays raciste. Avant de rappeler qu’il prévoyait toujours de se présenter… en 2020.

Immédiatement, la diffusion de la séquence sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, a entraîné des centaines de messages outrés, amusés ou médusés de ses fans.

« Rendez sa grandeur à Kanye West », a posté cet internaute, parodiant le slogan de la campagne de Donald Trump « Make America Great Again ».

L’acteur Keegan Allen a tenté d’imaginer un dénouement improbable à la polémique : « Retournement de situation : Kanye West EST Donald Trump et tout ça n’est qu’une immense performance d’acteur pour annoncer sa nouvelle carrière ».

D’autres, à l’image de la majorité des commentaires postés sur le réseau social, ont dénoncé le « renoncement » et le manque de cohérence dans les propos de Kanye West, en faisant référence notamment aux déclarations du chanteur lors de l’ouragan Katrina accusant « George Bush de ne pas s’intéresser aux populations noires ».

Si la majorité de l’électorat afro-américain a voté en faveur d’Hillary Clinton lors du scrutin, Donald Trump s’est efforcé de séduire, et ce dès l’été dernier, cette communauté : « Les démocrates ont échoué et trahi la communauté afro-américaine (…) Je serai votre plus grand champion. Qu’avez-vous à perdre ? », avait-il déclaré lors d’un de ses meetings. Une tentative entachée par les soupçons de racisme visant le milliardaire.

En octobre 1973, Trump, tout juste promu à la tête de l’entreprise de son père Trump Management, est poursuivi par le ministère américain de la Justice pour discrimination. La société aurait refusé de louer des biens immobiliers à certains clients à cause de leur couleur de peau. Moins de vingt ans plus tard, en 1991, un livre intitulé Trumped! relate le témoignage de l’ancien Président du Trump Plaza Hotel & Casino, John R. O’Donnell.

Ce dernier fait état d’une conversation avec Donald Trump au cours de laquelle il aurait déploré « la fainéantise des noirs » avant d’ajouter : « Ce sont des types noirs qui comptent mon argent ! Je déteste ça. Les seules personnes que je souhaite voir gérer mon argent sont des gars courts sur pattes qui portent des kippas tous les jours ». Des citations assumées par le nouveau Président américain qui a confié, dans une interview accordée au magazine Playboy en 1997 : « Ce qu’a dit O’Donnell a mon sujet est probablement vrai ».