VIDÉO. Un supporter de Trump chante un slogan antisémite pendant un meeting et crée un tollé sur les réseaux

ÉTATS-UNIS Un partisan de Donald Trump a été filmé lors du meeting du candidat républicain à Phoenix (Arizona) proférant un slogan antisémite en direction des journalistes présents…

H.S.

— 

Le partisan de Donald Trump, présent au meeting de Phoenix le 30 octobre 2016, a scandé à plusieurs reprises
Le partisan de Donald Trump, présent au meeting de Phoenix le 30 octobre 2016, a scandé à plusieurs reprises — @KilloughCNN

« Nous savons qui vous êtes. Vous êtes l’ennemi ! ». Le doigt pointé en direction de la tribune de presse, un partisan du candidat républicain américain Donald Trump, a créé l’indignation ce dimanche, sur les réseaux sociaux en entamant le slogan « Jew-S-A » au rythme de la foule scandant « U-S-A ».

Donald Trump tweete une image jugée antisémite d'Hillary Clinton puis la supprime

Immortalisées par les journalistes présents à Phoenix dans l’Arizona pour couvrir le meeting de Trump, les images de l’homme arborant un tee-shirt « Hillary for prison 2016 » (« Hillary en prison 2016 ») ont été partagées des milliers de fois.

L’homme ne serait pas inconnu des internautes outre-Atlantique.Selon plusieurs utilisateurs de Twitter, il s’agirait de George Lindell, un habitant de Phoenix qui a connu en 2011 son moment de gloire grâce à une interview devenue virale dans laquelle Lindell semble totalement hystérique après un accident de voiture. La vidéo originale a été vue à l’époque plus d’un million de fois et sa parodie musicale a connu un succès phénoménal avec dix millions de vues.

« Lamentable »

Interrogée quelques heures après le meeting, la directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, n’était pas d’humeur à rire. En direct sur CNN, l’ancienne proche du sénateur Ted Cruz, a jugé l’attitude du militant comme étant « déplorable ». « Cet homme s’est conduit de façon lamentable, et si j’avais été présente, j’aurais immédiatement demandé au service de sécurité de le faire sortir de la salle. A l’évidence, il ne s’exprime absolument pas au nom du candidat et ce qu’il a dit est répugnant », a-t-elle ajouté.

A neuf jours de l'élection présidentielle américaine, les sondages se resserrent alors que les démocrates sont vent debout contre le directeur du FBI qui a électrisé la campagne en relançant l'affaire des emails d'Hillary Clinton.