Le premier camion sans chauffeur d'Otto, filiale d'Uber, le 25 octobre 2016.
Le premier camion sans chauffeur d'Otto, filiale d'Uber, le 25 octobre 2016. — HO / Aether Films / AFP

HIGH TECH

VIDEO. Pour sa première course, le camion sans chauffeur d’Uber livre 50.000 cannettes de bière

L'engin a été créé par un spécialiste des logiciels pour véhicules autonomes racheté par le service de covoiturage...

Le convoi était « exceptionnel ». La semaine dernière, un camion d’une filiale d’Uber a parcouru 200 km sur une autoroute de l’Ouest des Etats-Unis, sa remorque pleine (de bière Budweiser) et le siège du conducteur vide, vient d’annoncer le service de covoiturage.

Le camion sans chauffeur, qui a ainsi traversé une partie de l’Etat du Colorado, a été conçu par le Californien Otto, un spécialiste des logiciels pour véhicules autonomes dont Uber avait annoncé l’acquisition en août dernier.

Pour ce premier périple sans assistance humaine, le poids lourd chargé de 50.000 cannettes de mousse a pu compter sur ses caméras, radar et senseurs. Par sécurité, un chauffeur professionnel, qui avait conduit sur une partie du chemin, était également à bord mais il n’a fait ensuite que surveiller l’avancée du camion depuis le siège couchette derrière le fauteuil du conducteur, assure Otto.

« Les chauffeurs peuvent se reposer pendant que le camion leur rapporte de l’argent »

« Cette livraison marque une nouvelle étape vers notre vision d’un avenir sûr et productif sur nos autoroutes », se félicite l’entreprise. « Avec un véhicule équipé par Otto, les chauffeurs de camion auront la possibilité de se reposer pendant que le camion parcourt de longs tronçons d’autoroute et leur rapporte de l’argent. »

L’annonce s’accompagne du lancement d’un site, freight.uber.com, pour permettre aux chauffeurs de camion désireux de travailler avec le groupe à l’avenir de s’inscrire. Ce premier essai sur route marque également le début d’un partenariat avec Anheuser-Busch, le plus grand brasseur américain, selon Otto. « Quand vous verrez un camion rouler sans personne sur son siège de conducteur, vous saurez qu’il est très peu probable qu’il ait un accident, conduise agressivement ou gaspille une seule goutte de carburant », assure Otto.

Cet essai survient six semaines après le lancement par Uber d’un service de location de voiture sans conducteur, une technologie qui à terme pourrait révolutionner les transports. Pour marquer cette annonce, des clients d’Uber avaient pu se laisser mener à bon port par un véhicule entièrement autonome pendant une démonstration à Pittsburgh, dans l’est des Etats-Unis.