L’artiste et auteur de la photo de la «Statue de la Liberté» syrienne dénonce son instrumentalisation

ART NUMÉRIQUE L’image, datée de 2013, a été republiée sur Twitter samedi et est rapidement devenue virale…

H.S.

— 

Capture d'écran de la photo postée sur Twitter signée Tammam Azzam, un artiste syrien.
Capture d'écran de la photo postée sur Twitter signée Tammam Azzam, un artiste syrien. — Tammam Azzam

Tammam Azzam a 36 ans. Il y a encore quelques heures, le travail de cet artiste contemporain syrien originaire de Damas, engagé et exilé à Dubaï était méconnu. Il a suffi d’un tweet envoyé par Ian Bremmer, professeur américain en sciences politiques, pour que ses photomontages des ruines d’Alep fassent le tour du monde.

L’image postée par l’internaute, une réplique de la Statue de la Liberté bâtie au milieu des gravats d’un immeuble, serait en réalité datée de 2013. Dans une interview accordée ce dimanche à la chaîne saoudienne Al-Arabiya, Tammam Azzaz est revenu sur la genèse de son projet artistique et a démonté certaines rumeurs lancées à propos de ses œuvres. « Les partisans pro-Assad partagent cette image et déforment le message initial en expliquant que j’utilise mon pays natal. Cette statue n’a rien à avoir avec la politique américaine, je voulais juste diffuser un message de paix », a-t-il précisé.

>> A lire aussi : Saint Hoax: «Je suis un artiste syrien. J’ai dû abandonner mon nom, ça valait le coup»

Comme le reste de son travail, l’artiste a utilisé pour cette image des logiciels de montage photo. « Il ne s’agit pas d’une vraie statue en Syrie », a-t-il tenu à préciser. Exposées à Dubaï, les créations de Tammam Azzam évoquent l’exil, son pays natal reste également au cœur de ses peintures et montages. Plusieurs de ses tableaux ont été réalisés en écho à certains événements comme les attentats de Paris et Saint-Denis ou l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Son adaptation du  Baiser de Gustave Klimt, reproduit sur la façade délabrée d’un immeuble a aussi connu un franc succès auprès des internautes.