WikiLeaks: Qui a coupé la connexion d'Assange? Complotistes ou fantaisistes, les théories abondent

WEB Selon les responsables de Wikileaks, la coupure de l'accès Internet de Julian Assange aurait été provoquée par un groupe étatique, sans préciser toutefois duquel il s'agit...

A.B.

— 

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange en visioconférence depuis Londres, le 4 octobre 2016, lors d'une conférence de presse à Berlin pour les 10 ans de la plateforme.
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange en visioconférence depuis Londres, le 4 octobre 2016, lors d'une conférence de presse à Berlin pour les 10 ans de la plateforme. — Markus Schreiber/AP/SIPA

Julian Assange ne peut plus se connecter ! Les responsables du site WikiLeaks ont annoncé ce matin que l’accès à Internet du cofondateur de l’organisation avait été bloqué.

Le Web est pourtant l’une des rares fenêtres sur le monde dont Julian Assange dispose pour communiquer avec l’extérieur, lui qui vit reclus à l’ambassade d’Equateur à Londres. Lundi, WikiLeaks  a annoncé sur son compte Twitter que l'Equateur avait «coupé la connexion internet de [Julian] Assange samedi à 17h GMT, peu après la publication des discours [d'Hilary] Clinton chez Goldman Sachs».

Le site WikiLeaks a déjà publié plus de12 000 documents sur Hillary Clinton rien que ce mois-ci. Le 4 octobre dernier, Julian Assange avait promis de publier chaque semaine de nouvelles révélations sur la candidate démocrate, et ce jusqu’au jour de l’élection présidentielle américaine, le 8 novembre.

 

 

Les complotistes et partisans s’emballent

Dans un communiqué, le ministère équatorien des Affaires s'est borné à réaffirmer la disposition de l'Equateur à donner l'asile à Julian Assange, conformément à sa décision de 2012. De nombreux internautes ont de leur côté abondé dans le sens de Wikileaks sur Twitter. Sous le hashtag #FreeJulian (Libérez Julian), se sont regroupés les complotistes et partisans du lanceur d’alerte, qui pensent qu’ Hillary Clinton est derrière tout ça, histoire de réduire le gênant Julian Assange au silence. « Ils ont coupé la connexion Internet de Julian. Cela devrait alerter chaque citoyen américain. Notre gouvernement nous cache quelque chose », a tweeté une jeune activiste américaine.

« #FreeJulian. En réduisant un homme au silence, vous ne prouvez pas que c’est un menteur, seulement que vous avez peur de ce qu’il a à dire », a posté un autre.

Les Anonymous, suivi par d’autres internautes, ont aussi annoncé la couleur : « Nous et beaucoup d’autres pensons que Julian Assange a vu sa connexion Internet coupée pour avoir critiqué Hillary Clinton. #FreeJulian ».

Et parmi ceux qui partagent ce point de vue, nombreux sont les partisans de Donald Trump.

« La connexion Internet de Julian Assange a été coupée parce qu’il a critiqué Hillary la vendue, un exemple de la censure à venir si elle est élue présidente. #FreeJulian », a posté une internaute pro-Trump.

Les taquins aussi

D’autres, plus taquins, en ont profité pour se moquer gentiment du cofondateur de WikiLeaks, qui vit retranché à l’ambassade équatorienne de Londres. « A-t-il atteint son cap de bande passante sur le Wi-Fi réservé aux invités de l’ambassade équatorienne ? », a plaisanté un internaute.

« Avez-vous essayé de réinitialiser le routeur ? », renchérit un autre.

Pour d’autres encore, la responsable serait Pamela Anderson, qui aurait carrément tué Julian Assange en lui livrant un repas vegan empoisonné ce week-end à Londres.

Si l’ex-naïade d’Alerte à Malibu a bien apporté un déjeuner vegan au lanceur d’alerte, après quoi elle s’est déclarée inquiète pour la santé de son ami, l’intéressé a fait savoir qu’il se portait comme un charme et qu’il était « toujours en vie ».

Mais sans Internet.