Syrie: «Arrêtez de nous tuer»... L'enfer d'Alep raconté par une fillette de 7 ans sur Twitter

MONDE Une petite fille et sa mère partagent sur le réseau social leur quotidien dans la ville assiégée…

Anissa Boumediene

— 

Sur Twitter, Bana, 7 ans, raconte son quotidien dans l'enfer d'Alep.
Sur Twitter, Bana, 7 ans, raconte son quotidien dans l'enfer d'Alep. — Fatemah Al Abed / Twitter

Ses yeux sont profondément cernés, elle ne dort jamais plus de quatre heures par nuit. Pourtant, Bana Al-Abed n’a que 7 ans. Depuis le 24 septembre, la fillette et sa mère Fatemah partagent sur Twitter leur quotidien dans l’enfer d’Alep, assiégée et ravagée par les bombardements des forces de Bachar al-Assad, avec le soutien de l’allié russe. « S’il vous plaît, arrêtez de nous tuer. J’ai besoin de paix pour devenir professeure plus tard. La guerre est en train de tuer mon rêve. »

>> A lire aussi : Alep pourrait être totalement détruite à la fin de l’année, estime l’ONU

« Oublier la guerre »

La fillette n’est pas scolarisée, mais sa mère veille à ce que Bana puisse lire et apprendre comme n’importe quelle enfant. « Je lis pour oublier la guerre », écrit la petite fille sur le réseau social.

On la voit aussi rire et jouer avec ses deux petits frères qui, comme elle, vivent reclus.

« Je ne sors jamais, parce qu’il y a toujours des bombardements »

Fatemah, la mère de Bana, confie que ses « trois enfants n’ont connu que la guerre ». « Je ne sors jamais, parce qu’il y a toujours des bombardements », a expliqué la petite fille à une journaliste du Guardian. Sur Twitter, la famille poste quotidiennement des messages sur les bombardements incessants qui font rage à Alep, rapportent  CNN et The Guardian. En anglais, Bana et sa mère racontent l’horreur qui règne dans la ville assiégée sur le réseau social, sur un compte Twitter qui rassemble à ce jour plus de 53 000 abonnés.

 

A un âge où elle devrait être insouciante, Bana espère aujourd’hui que la guerre au milieu de laquelle elle vit appartiendra bientôt au passé.