Surveillance 2.0 : On a profité de l’été pour tester la caméra connectée Arlo

SMART HOME L’été de tous les dangers. Alors que le nombre de cambriolages ne faiblit pas (il y en a près de 1000 par jour en France), les ventes de caméras de surveillance connectées bondissent. Nous avons longuement testé le système Arlo de Netgear…

Christophe Séfrin

— 

Sans fil, la caméra de surveillance Arlo de Netgear peut s'installer à l'intérieur ou à l'extérieur.
Sans fil, la caméra de surveillance Arlo de Netgear peut s'installer à l'intérieur ou à l'extérieur. — NETGEAR

Eté 2016. Un mois off. Ou presque. A 750 kilomètres de mon domicile, j’ai pris soin de placer mon petit pavillon de banlieue sous surveillance vidéo. Déjà équipé de la caméra de surveillance intérieure Nest Cam, j’ajoute à ma panoplie de banlieusard connecté une paire de caméras Arlo de la marque Netgear.

Raison de ce choix : je souhaite surveiller les accès extérieurs de ma maison, et Arlo est à ce jour la seule caméra connectée non filaire. Et qui plus est résistante aux intempéries (norme IP65).

Je privilégie donc un système a priori sans contrainte d’installation particulière. Netgear le propose dans différentes configurations, avec une, deux ou trois caméras (respectivement vendues 269 euros, 399 euros et 519 euros). Elles fonctionnent chacune avec un jeu de 4 piles (fournies). J’opte pour un pack de deux caméras, que je placerai à l’avant et à l’arrière de mon pavillon.

>> A lire aussi : Surveillance connectée: Vers un été sans cambriolage?

Netgear fournit avec Arlo un « pont », un boîtier de connexion à brancher sur la box internet de la maison. Une fois les caméras équipées de leurs piles (fournies), l’ensemble est opérationnel en 10 minutes à peine. Il suffit de suivre les indications sur le petit mode d’emploi et sur l’application Arlo.

Le plus long est finalement de fixer les caméras sur les murs extérieurs. Si Netgear propose des supports aimantés sur lesquels les minuscules caméras viendront simplement se « coller », ceux-ci nécessitent de sortir la perceuse de l’atelier pour être chevillés aux murs.

Deux mouchardes derrière le béton

J’installe donc une Arlo sous une gouttière, juste devant l’entrée principale de ma maison. Une seconde caméra trouve sa place à l’arrière du pavillon et surveillera l’accès de la terrasse. La question de la distance séparant les caméras de leur pont se pose aussitôt.

Si la première caméra n’en est éloignée que de quelques mètres, la seconde est fixée à l’opposé et séparée de son point d’accès par trois murs de béton bien épais. En Wifi 2.4 GHz, Netgear assure que ses caméras ont une portée de 2 à 3 étages. Confirmation dès le premier essai : mes deux minuscules mouchardes transmettent sans aucune difficulté leurs images sur mon smartphone.

La caméra Arlo est à la norme IP65. Elle résiste ainsi aux intempéries.
La caméra Arlo est à la norme IP65. Elle résiste ainsi aux intempéries. - NETGEAR

 

Mes deux nouvelles alliées, que je nomme « Façade » et « Terrasse » pour mieux les identifier dans l’application Arlo, m’alerteront en cas de détection de mouvement. Je recevrai une notification sur mon smartphone, ainsi qu’un e-mail. De brefs essais le confirment.

Quelques petits réglages dans les paramètres de l’application suffisent pour pouvoir partir l’esprit tranquille. On peut ainsi peaufiner le cadrage et l’angle de vue de chaque caméra. Il est aussi possible d’autoriser l’accès aux caméras à une personne tierce. Pratique pour qu’un voisin puisse lui aussi être alerté en cas d’absence… Cette fois, c’est bon, direction le Sud !

Un bouton "live" pour tout voir et tout savoir

Constat : durant mon absence estivale, les caméras Arlo ont parfaitement fonctionné. Il est possible à tout moment de les activer à distance pour simplement vérifier que tout va bien chez soi. Pour cela, il suffit d’ouvrir l’application (avec un code secret ou avec la touche ID Touch de l’iPhone), puis d’appuyer sur le bouton « Live » en surimpression de l’image figée de la caméra.

Dès lors, la caméra sollicitée se « réveille » et transmet un flux vidéo (en 720p) en streaming. Une touche sur l’écran du smartphone permet de lancer un enregistrement vidéo, d’effectuer une prise de vue et d’augmenter la luminosité. Un zoom jusqu’à 8x fait un peu de la figuration, tant l’image devient vite pixélisée à mesure qu’on l’élargit. De nuit, les caméras diffusent une vision nocturne assez claire et lumineuse.

L’audio, éternel absent

Précision : c’est parce quelles ne recherchent pas en continu leur point d’accès que les caméras Arlo possèdent une autonomie confortable. Netgear l’annonce de 4 à 6 mois. Nous n’avons évidemment pas pu la vérifier sur ce seul été 2016 (comptez une vingtaine d’euros pour un jeu de quatre piles CR 123 de remplacement).

Bémol : si la vidéo est bonne avec Arlo, il n'y a pas de son. Ce n’est sans doute pas un gros handicap pour une utilisation en extérieur. En intérieur, l’absence d’audio s’impose comme une lacune : impossible, par exemple, d’entendre ses enfants lorsque l’on est encore au travail… voire d’interagir avec eux comme le proposent certaines caméras rivales grâce auxquelles on peut aussi se parler.

Il est possible d'associer jusqu'à 15 caméras Arlo et d'accéder à tout moment à leurs images sur smartphone.
Il est possible d'associer jusqu'à 15 caméras Arlo et d'accéder à tout moment à leurs images sur smartphone. - DR

 

Bien entendu, à chaque fois que mon voisin est venu nourrir mon chat demeuré dans le jardin, une notification m’a été adressée. Je me suis pris à surveiller la régularité de ses visites… Au moindre passage devant une de mes caméras et une notification est adressée. Un peu rebutant lorsque notre visiteur entre et sort à plusieurs reprises sur la terrasse pour nettoyer et remplir les gamelles du chat : ce seront autant d’alertes reçues ! Mais tellement rassurant.

Etre rassuré à tout moment

A chaque notification, il suffit d’ouvrir l’application pour voir ce qui se passe chez soi. Depuis un smartphone, cela fonctionne parfaitement lorsque l’on est en Wifi et en 4G évidemment, mais aussi en 3G… avec certaines limites. Dans une zone de couverture un peu légère, les caméras restent muettes.

Consolation : elles enregistrent automatiquement dans le cloud une séquence vidéo dès qu’un mouvement est détecté. On peut ainsi visionner a posteriori jusqu’à 7 jours de vidéo (de son côté Nest facture l’enregistrement dans le cloud une dizaine d’euros pour 10 jours de vidéo). Une notification un peu anxiogène à signaler : lors de son passage devant la caméra « Façade », un gros insecte a déclenché l’alerte… Pour le reste, RAS…

A la réception d'une notification, on peut contrôler ce qui se passe chez soi (et voir que le voisin a bien nourri le chat!!).
A la réception d'une notification, on peut contrôler ce qui se passe chez soi (et voir que le voisin a bien nourri le chat!!). - DR

 

Bilan au retour des congés d’été. Le système Arlo de Netgear est, comme d’autres (Nest, MyFox…), très facile à installer. Il possède la particularité de fonctionner sans fil et reste unique à ce jour. Bonus : il est même adapté à un usage en extérieur. On apprécie aussi la gratuité des enregistrements vidéo. Un stockage sur Dropbox, comme le propose depuis peu Netatmo avec sa caméra Welcome, serait une idée à suivre…

Des lacunes à combler d’urgence

De son côté, la qualité vidéo 720p est suffisante pour une « surveillance » légère comme celle que nous avons opérée. Du 1080p offrirait néanmoins de meilleurs résultats pour zoomer à distance sur un détail (à condition de disposer d’un débit suffisant). Manque évidemment le son, grand absent du système.

On aimerait aussi que Netgear propose un kit de fixation motorisé que l’on puisse activer à distance. Mais aussi qu’Arlo soit doté d’équipements additionnels pour en faire un équipement vraiment complet : détecteurs d’ouverture, de fumée, voire sirène mériteraient de compléter l’écosystème.

Dans l’état, Arlo reste enfin un peu cher. Le sans fil, l’étanchéité et l’enregistrement vidéo gratuit ont aussi un coût… Celui-ci est 35 % plus élevé que pour une classique caméra de surveillance connectée. Sans oublier le prix des piles qu’il faudra aussi sans doute remplacer deux fois par an au moins.

Un marché en croissance

Sans doute en croissance de 10 % cette année (source : Gfk), le marché de la caméra de surveillance connectée se développe. MyFox, Nest, Netatmo, Somfy, Belkin, Netgear, Awox, Withings… tous proposent des solutions simples à mettre en oeuvre : la ou les caméras installées alertent leur propriétaire en cas de détection de mouvement, voire de son. Depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette, il est alors possible de visualiser ce qui se passe là où la caméra est installée. Cette opération peut aussi s’effectuer à tout moment pour jeter un oeil sur son chez-soi.