Le champ de vision d'HoloLens équivalent à un écran 15 pouces

TECHNOLOGIE Microsoft a livré quelques détails techniques sur son casque de réalité augmentée...

P.B.

— 

Le casque de réalité augmentée de Microsoft HoloLens.
Le casque de réalité augmentée de Microsoft HoloLens. — MICROSOFT

On savait pour l'avoir testé que le champ de vision d'HoloLens était décevant. Désormais, on a une meilleure idée de l'ordre de grandeur: la fenêtre sur le monde en réalité augmentée est équivalente à un écran de 15 pouces situé à 50 cm de distance, a expliqué Bruce Harris, de Microsoft, lors d'une conférence organisée à Tel Aviv le week-end dernier.

Pour se rendre compte, voici une approximation avec une image simulée de Minecraft sur HoloLens. Dans la vidéo, on croit que l'utilisateur voit son salon tout entier couvert de briques. Dans la réalité, elles ne s'affichent que dans une petite zone. En vision périphérique, on ne voit que le canapé et sa table basse. Les autres blocs n'apparaissent que si l'on tourne la tête, toujours à l'intérieur de la fenêtre.

La batterie et l'écran responsables

Selon Harris, il y a deux explications à cette limitation frustrante: la fabrication de l'écran transparent, complexe, et l'impact d'un champ plus grand sur la batterie. A l'heure actuelle, le kit de développement coûte 3.000 dollars. Pour une vision à 180°, il faudrait compter jusqu'à cinq fois plus, affirme Harris, à cause d'un nombre bien plus élevé d'écrans défectueux. Et la batterie, qui oscille entre 2h30 et 5h30 selon les usages, passerait à une vingtaine de minutes.

Microsoft a fait un choix compliqué. Contrairement à l'Oculus Rift, HoloLens est un ordinateur complet. Il n'a pas besoin d'être relié à un PC par un câble ni d'être branché au secteur. Cela offre une liberté totale à l'utilisateur, qui peut se déplacer dans ce monde sur lequel des images sont superposées. En revanche, il faut pour l'instant se contenter d'un champ de vision réduit.

Microsoft espère l'augmenter à mesure que le processus de fabrication s'améliore, mais l'entreprise a déjà prévenu que la différence ne serait pas radicale entre le kit de développement et la première version commerciale, dont la date est toujours inconnue. On attend toujours la réponse de Magic Leap dont les lunettes, selon un testeur, ne souffriraient pas de ce mal...