Attentats à Paris: Comment Facebook est devenu le vecteur de l'émotion française

INTERNET Pourquoi a-t-on besoin de mettre en scène son émotion sur le réseau social...

Laure Beaudonnet

— 

Facebook a activé une option pour habiller les photos de profils d'un drapeau français.
Facebook a activé une option pour habiller les photos de profils d'un drapeau français. — FACEBOOK

« Change ta photo de profil en soutien au peuple français ». Un clic et le tour est joué. Les photos tricolores ont inondé Facebook depuis les attentats de vendredi soir. Dès minuit [quelques heures après les fusillades], le réseau social a créé un outil simple pour témoigner sa solidarité sur Internet, permettant d’ajouter un filtre bleu-blanc-rouge sur sa photo de profil. Après les attaques de janvier, les utilisateurs avaient repris massivement le slogan « Je suis Charlie », comme un cri de douleur national, cette fois, l’outil proposé reprend celui qui avait déjà été développé au moment du mariage pour tous aux Etats-Unis. Une réaction spontanée au drame.

Mais une question se pose. Pourquoi a-t-on besoin de mettre en scène son émotion ? « L’interactivité permet de redevenir acteur d’une situation où on se sent passif, explique le psychologue Michaël Stora. On est dans une situation où, d’un côté, on ressent de la tristesse et, de l’autre, on veut continuer à vivre ». Après un traumatisme, décuplé par des images d’une violence inouïe relayées par les médias, on a besoin d’agir. « Pour barrer la route à Thanatos, Eros surgit », résume avec humour le spécialiste.

 

>> Suivez les événements de la journée après les attentats de Paris

Show your support for the people of Paris by temporarily updating your profile picture with this new template we created. Thank you !

Posted by David Marcus on Saturday, November 14, 2015

 

Devenir acteur d'une situation

Changer sa photo permet de devenir acteur, de sortir d’un sentiment d’impuissance, allumer une bougie sur les lieux des attentats participe du même besoin. « Mais avec ce cadre imposé par Facebook, si je décide de ne pas utiliser l’outil, on se dit, « il est pas clair », met en garde Michaël Stora.

 

Non seulement, certains internautes ne jouent pas le jeu, mais s’inquiètent de l’usage du drapeau, soulignant son aspect « nationaliste ». Pourtant, la volonté de Facebook était seulement « de donner à l’ensemble de la communauté un moyen de témoigner son émotion », explique un représentant du réseau.

Un symbole facilement identifiable pour s’exprimer sur la Toile, en somme. « C’est normal d’utiliser le drapeau tricolore, insiste de son côté l’historien Fabrice d’Almeida. C’est un symbole de la République, le manifester, c’est manifester son lien avec les autres citoyens. Les insignes de la République n’appartiennent à personne. » Le choix de Facebook est plutôt lié à l’identité politique de la France, le choix de s’en servir à l’envie de se saisir d’une émotion.